Radiation de Bahati Lukwebo du FCC : « On a juste forcé une porte déjà ouverte », selon Typson Idumbo (AFDC)

0

Au cours d’un entretien avec nos partenaires de Laprunellerdc.info, Typson Idumbo, cadre de l’Alliance des forces démocratiques du Congo (AFDC) fidèle à Bahati Lukwebo pense que le FCC a « forcé une porte déjà ouverte en radiant son autorité morale de cette plateforme ».

« Depuis bien longtemps, l’AFDC avait recouvré la plénitude de son autonomie depuis que la conférence des présidents l’a ainsi décidé et l’autorité morale Modeste Bahati Lukwebo l’avait précisé. Nous allons batailler comme AFDC-A avec notre poids politique », a-t-il dit.

Pour Typson, dans cette crise, il n’y a pas que l’AFDC qui a été sabotée par ses partenaires de la même plateforme notamment le PPRD mais aussi d’autres regroupements qui ont des poids politiques.

Il n’était donc pas normal pour lui qu’on prenne un indépendant au détriment des autres partis de la coalition qui pourtant ont du poids et des ambitions. C’est le cas de AAB ou ABCE ou d’autres regroupements qui ont du poids politique seulement parce-que le PPRD était déjà servi.

Il estime qu’ils sont dans cette plateforme comme des sociétaires où les dividendes devraient être distribuées au prorata de la part sociale de chaque sociétaire. Et donc ces responsabilités auraient dû être partagées au prorata de poids politique de chaque entreprise politique ce qui malheureusement n’a pas été le cas, déplore donc Typson Idumbo cadre de l’AFDC, fidèle à Bahati Lukwebo.

« On se méfie d’autres forces qui ont contribué à avoir la majorité du FCC en prenant un indépendant sur qui pèse des dossiers pénaux. » regrette notre interlocuteur

De l’ultimatum de 7 jours

S’agissant de l’ultimatum du FCC aux élus et mandataires membres de l’AFDC qui ont été appelés à se prononcer dans les 7 jours s’ils sont avec Lukwebo ou l’AFDC. Tyson estime que c’est juste une intimidation et ils confondent le temps et les acteurs.

Pour lui, ce n’est pas Lukwebo qu’on a radié mais l’AFDC tout entier. Il signifie que Bahati Lukwebo n’a déposé sa candidature que sur ordre de la conférence des présidents des partis politiques qui forment l’AFDC et alliés depuis le 2 juillet.

Il n’est donc pas question que les gens démissionnent car ils n’ont pas été élus sur une liste du FCC qui n’a d’ailleurs aucune personnalité juridique ni peut intenter une quelconque action en justice.

Il estime juste que les gens veulent rééditer des faits ignorant qu’ils ne disposent plus du même pouvoir que quand ils avaient éclaté les partis politiques.

« Il est donc hors de question de croire que des gens vont se prononcer sur un quelconque soutien ou non. On ne doit pas intimider les gens, personne ne va se prononcer. Le poste occupé par eux sont des postes de l’État congolais et non du FCC », insiste-t-il.

Le Front commun pour le Congo (FCC) a décidé de la radiation de Modeste Bahati Lukwebo, président de l’Alliance des forces démocratiques pour le Congo et alliées (AFDC-A), lors de la conférence des présidents de cette plateforme ce lundi 15 juillet à Kinshasa.

Dans un communiqué rendu public, le FCC dit prendre acte de la création par Lukwebo de sa plateforme politique et décide « de sa radiation du Front commun pour le Congo ». Il donne également 7 jours aux cadres du regroupement politique AFDC-A de se déterminer.

Une décision qui arrive après une tension autour de la candidature de Alexis Thambwe Mwamba à la tête du sénat alors que Bahati Lukwebo avait estimé qu’il était de son droit que le regroupement AFDC et Alliés occupe la tête de cette institution. Depuis, il a refusé de retirer sa candidature à la présidence du Sénat.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire