Quatre otages relâchés par des miliciens pour passer un message à la population à Beni

0

Quatre otages retenus par des miliciens depuis juin à Beni ont été relâchés le week-end dernier. Ils étaient chargés de demander à la population de ne pas s’impliquer dans le conflit qui oppose les autorités congolaises à ce groupe armé identifié comme des ADF.

« Quand nous y sommes arrivés, on nous a amené dans le trou. Ils ont dit qu’ils ont une affaire avec les militaires et non pas avec les civils. Et ils nous ont encore envoyé dire aux civils de se retirer de la politique, de s’impliquer. Et que ce qui les pousse d’affronter les FARDC, c’est parce que le gouvernement leur empêche d’atteindre leur but », a rapporté à TOP CONGO, un des otages qui a requis l’anonymat.

D’après l’ex-otage, ce mouvement rebelle est composé des sujets burundais, tanzaniens, kenyans, ougandais et congolais.

« Ils forment ce qu’on a toujours dit le Daoula, c’est-à-dire État islamique. C’est ça leur objectif », souligne le témoin.

Les quatre otages, dont une femme, sont actuellement pris en charge dans une formation médicale à Beni. L’un des otages traine encore avec une balle reçue lors du rapt survenu le 5 juin dernier sur la route Beni-Kasindi. Les autres sont couverts des plaies, ont rapporté des sources locales.

Le danger ADF persiste

Le commandement des opérations Sukola I pour sa part reconnait que les ADF représentent toujours une menace pour la population.

D’après le major MaK Hazukay, le porte-parole des opérations Sukola I, l’armée a pris toutes les dispositions pour faire face à cette menace. A l’en croire, le commandement de l’armée dans la région a effectué récemment une tournée dans la zone opérationnelle pour préparer des futures opérations militaires contre les miliciens.

« Nous sommes allés visiter toutes les troupes afin de requinquer le moral des militaires, de réajuster les dispositifs pour des opérations futures parce que l’ennemie est encore là dans cette partie en proie à l’insécurité », a rapporté le major Hazukay.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire