Quand les kinoises font la course aux rondeurs

0

Contrairement aux Occidentaux qui préfèrent les femmes aux silhouettes minces, athlétiques, les Africains raffolent des formes généreuses. D’où, cette obsession chez les femmes de vouloir à tout prix prendre du poids, en usant des produits qui modifient leur anatomie en leur conférant des rondeurs. A Kinshasa, cette tendance a donné lieu au phénomène ’’Tia fouin’’. 

En République démocratique du Congo, la hantise des filles à avoir au plus vite des bassins volumineux a généré un comportement malsain. Nombreuses sont aujourd’hui ces filles qui se lancent à la recherche des rondeurs, afin d’attirer plus de regards masculins. Stimulées sans doute par le slogan ’’mwasi nde nzoto’’ (la femme, c’est les rondeurs, NDLR), elles recourent à une alchimie de remèdes pour « acquérir » des rondeurs impressionnantes.

Par conséquent, tous les moyens sont dès lors bons pour y arriver. Ces filles font usage excessif de certains produits pharmaceutiques pour grossir. Le cas notamment du C4, du (durabolin) et de tant d’autres vitamines. Même certaines boissons sucrées à base de coca sont purgées par des femmes dans le seul but d’atteindre leur objectif.

Qui plus est, elles utilisent des condiments tels que le cube Maggi par voie anale ou l’introduisent dans le vagin, sans tenir compte des conséquences. L’obsession de grossir à tout prix a amené même d’autres filles à se faire injecter des produits réservés aux porcs.

DES CONSEQUENCES NEFASTES

Ces filles ignorent les conséquences qu’elles pourront subir au fil du temps. Certaines subissent déjà des effets nocifs sur leur physique. Elles constatent le gonflement de certaines parties du corps, la peau est aussi atteinte de vergeture au niveau du ventre. La personne donne ainsi l’impression d’être déjà mère, alors que ce n’est pas le cas.

Ces jeunes filles ignorent encore à quel genre de maladies elles s’exposent. Abordés, les médecins condamnent toutes ces pratiques, car les produits consommés entraînent, selon eux, des maladies des reins, du foie ou du cœur, et d’autres effets secondaires, tels que la stérilité, la goutte, le diabète, l’hypertension, la déformation corporelle… Ces pratiques mènent même à la mort.

Des voix s’élèvent pour déconseiller aux filles la prise abusive de ces médicaments dans l’objectif d’avoir des rondeurs. Elles doivent se sentir à l’aise dans leur peau, et savoir que l’admiration qu’elles recherchent peut toujours arriver tant qu’elles restent naturelles. 

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire