Quand Koffi et Wazekwa se « déchaînent » en intellos

0

Jamais  Koffi Olomide  appelé  » Mopao Mokonzi  ou Antoine makila mabe « ,  patron du Quartier Latin  International,  et  Felix Wazekwa  » S’Grave  Mokuwa ya bongo monstre d’amour  » , patron de Cultur’A Pays  Vie, ont eu à s’affronter verbalement sur un même plateau de télévision. Faute de cela, les deux artistes semblent se livrer de cœur joie sur le terrain   » intello  » , une polémique qui ne laisse pas indifférents leurs nombreux admirateurs.

Cette polémique est alimentée actuellement par le fait que Félix Wazekwa  se dit  » prix nobel du verbe  » en sa qualité d’auteur compositeur parolier  devenu homme de lettres  et se vante de la sortie réussie de son livre  » Les petits bonbons de la sagesse  » édité par la maison  » Hachette « , ouvrage distribué à Kinshasa par Mediaspaul et d’autres librairies  de Kinshasa .

Dans ce livre , l’auteur déplore  les insanités  contenues dans les chansons  de  certains artistes congolais,   en l’occurrence   » Koffi Olomide  qu’il avoue avoir respecté à une certaine l’époque , mais qui aujourd’hui a presque perdu le nord « , affirme-t-il. Et Wazekwa d’ajouter qu’en sa qualité de parolier , il aurait gagné plus en travaillant avec Papa Wemba  qu’avec Koffi Olomide !

Pour sa part , Koffi  Olomide   » l’homme aux mille idées  » déclare n’avoir jamais chanté   pour  moins  de 18 ans. L’ancien étudiant de Bordeaux  se dit victime de chantages sans fondement . Il se considère comme  » un passionné  de la lecture  de grands auteurs  modernes  tels  Baudelaire  ,  Montaigne, Cheikh Anta Diop  …chez  qui il dit avoir puisé  ses pensées  en vue de composer , en écriture et en guitare, avec plus de 25 albums  réussis  , sans  évoquer ses productions  notamment  à Bercy , un record inégalé,  et au Zénith de Paris « . Selon le patron de Quartier Latin, ce qui l’intéresse maintenant,  c’est le Cuba  , les Antilles et les USA « . De là à parler d’un affrontement à distance entre les deux artistes-musiciens qui se détestent, il n’ya qu’un pas.

Par Franck  Ambangito

Source : 7sur7.cd

Laisser un commentaire