Propriété intellectuelle : la réunion de Brazzaville recommande la relance de l’initiative de Libreville

0

Les experts des dix-sept Etats membres de l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle (OAPI), réunis les 10 et 11 avril dans la capitale congolaise, ont formulé un certain nombre de recommandations dont celle relative à l’usage des médicaments traditionnels. 

Une soixantaine de personnes issues des centres, agences, unités nationales de la propriété intellectuelle ont décidé de reprendre le suivi de la mise en œuvre de l’initiative de Libreville et transmettre à nouveau aux Etats les documents y relatifs. En effet, adoptée en septembre 2002, cette initiative visant la protection et la valorisation des inventions africaines en matière de médicaments est une volonté des Etats membres de l’OAPI. Il s’agit également d’élaborer les politiques nationales de valorisation des résultats de la recherche en matière de médicaments issus de la pharmacopée traditionnelle et en assurer la protection des inventaires.

La réunion de haut niveau des Etats membres de l’OAPI sur la propriété intellectuelle, la valorisation des ressources génétiques, des savoirs traditionnels et des expressions culturelles traditionnelles, qui a été un lieu de partage d’expériences entre les participants, a permis de dégager des options sur les questions y relatives.

Au terme de cette rencontre, ils ont décidé d’élaborer et de faire adopter un instrument ou des instruments de loi type pour les soumettre au conseil d’administration de l’OAPI ; poursuivre et renforcer la coopération avec les institutions internationales et régionales compétentes. Quant aux Etats membres, ils sont tenus d’élaborer et faire adopter des lois nationales en faveur des savoirs traditionnels et des expressions culturelles traditionnelles (adaptées aux contextes et aux priorités nationaux) conformément aux lois types. Ils doivent aussi mettre en place un cadre d’orientation stratégique sur les ressources génétiques, les savoirs traditionnels et les expressions culturelles traditionnelles ainsi qu’établir un inventaire et assurer la documentation du patrimoine culturel immatériel au niveau de chaque Etat membre.

Respecter à la lettre les recommandations formulées

Co-organisatrice de la réunion de Brazzaville, l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle, représentée par son sous-directeur général en charge du secteur des questions mondiales, Minelik Getahun, a reçu mission d’apporter un appui technique et financier à l’OAPI et à ses Etats membres pour la mise en œuvre des recommandations formulées. Le directeur général de l’OAPI, Denis Bohoussou, a, de son côté, souligné que le rapport établi par les participants est une feuille de route visible sur les questions évoquées en donnant un mandat clair et précis à cette organisation. « Je peux dire que cette feuille de route que vous venez de nous donner sera respectée à la lettre car il ne s’agit pas seulement d’une simple feuille de route mais des sillons de l’avenir que vous venez de tracer pour quelque chose qui constitue une ressource rare et dont l’Afrique peut être fière. Rendez-vous pour la mise en œuvre de ces recommandations », a-t-il fixé.  

Clôturant les travaux, le directeur de cabinet du ministre de la Culture et des arts, Emmanuel Douma, s’est félicité du fait que les participants ont focalisé leur attention sur l’intérêt général de la population en recommandant à l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle, à l’OAPI et aux Etats membres les paramètres d’utilisation de la propriété intellectuelle en relation avec la thématique débattue. « Par ces recommandations de Brazzaville, vous venez de faire œuvre utile en élargissant l’offre de santé dans notre espace dans la richesse et la diversité en plantes médicinales pour permettre déjà à plus de 60% de la population l’usage des médicaments traditionnels. Dans ce nouveau cadre que vous venez d’instituer, il y a donc des expériences à partager et un patrimoine à préserver », a-t-il déclaré.

 

Légendes et crédits photo : 

Le présidium ; les participants/Adiac

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire