Proposition de loi sur la Cour des comptes : Minaku et Bamporiki contredisent Cléophas Gizanga

0

Après la sortie médiatique du député honoraire, le Palu Cléophas Gizanga, sur la paternité de la loi sur la Cour des comptes et accusant Aubin Minaku de « tricheur », la réaction du président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku ne s’est pas fait attendre.

Au cours de la plénière du samedi 29 avril, le président de l’Assemblée nationale a eu à recadrer les choses. Aubin Minaku et Bamporiki (co-auteurs) ont clairement expliqué la démarche ayant abouti à cette proposition de loi.

Selon eux, le texte émane de l’Union européenne et la Cour des comptes et non de Minaku, tel que prétendu par Cléophas Gizanga. « Selon les us et coutumes parlementaires, les textes de ce genre ne peuvent qu’émaner des experts. Dans le cas d’espèce, ces experts ne sont autres que la Cour des comptes et l’Union européenne », a affirmé un député national et membre de la commission Ecofin de l’Assemblée nationale.

« Selon la tradition, les arriérés d’une ancienne législature ne peuvent pas être reconduits dans la nouvelle législature. Une initiative législative ne peut pas transcender des législatures. Dès que la législature est terminée, tout est aussi fini. Personne ne peut se dire initiateur d’une loi dans une législature et prétendre en être auteur dans une autre législature », a déclaré Jean-Marie Bamporiki.

Les co-auteurs précisent que la proposition présentée leur a été donc soumise par les experts de la Cour de comptes et ceux de l’Union européenne. « Nous avons été approchés par l’Union européenne et la Cour des comptes qui disposaient déjà d’une mouture. Nous nous sommes porté candidats pour endosser cette mouture. Que quelqu’un prétende en être auteur, c’est à lui de le prouver », a expliqué Aubin Minaku. Et par conséquent, si plagiat il y a, c’est l’Union européenne et la Cour des comptes qui auraient plagié le député honoraire Cléophas Gizanga.

Il faut rappeler que Cléophas Gizanga accuse Aubin Minaku d’avoir proposé au Parlement une loi dont il se réclame auteur. Le Palu Gizanga dénie ainsi la paternité de cette loi à Aubin Minaku et Jea-Marie Bamporiki.

Source : Media Congo

Laisser un commentaire