Promotion et défense des droits de l’homme : des prix décernés aux acteurs de 2018

0

L’Association Nations unies-Réalités ‘’Perspective’’ Paix-démocratie-droits humains (UN-R2 PDH) a récompensé, récemment à Brazzaville, six personnalités qui se sont distinguées en la matière dans leur environnement de travail.

L’édition 2018 de la soirée de promotion des droits et libertés fondamentales a couronné six personnalités civile, politique, militaire, chefs d’entreprise et fondation ayant impacté positivement la mise en œuvre des droits de l’homme dans leur environnement du travail. En effet, ces dernières ont reçu des différents prix. Il s’agit, entre autres, de la présidente de la Fondation Congo Assistance, Antoinette Sassou N’Guesso, représentée par Annie Bidounga, chef de département relations publiques de la fondation. L’épouse du chef de l’Etat a reçu le Grand prix de défenseur des droits des personnes du 3e âge, grâce à sa générosité envers cette couche fragile de la société. Directeur général de l’administration pénitentiaire, le colonel Jean Blaise Komo est gagnant du Grand prix de promoteur des droits des détenus en milieu carcéral au Congo. Il reçoit ainsi son 2e prix décerné par la même association, après la décoration de messagers de paix et volontaires pour les droits de l’homme.
« Lorsque nous constatons que vous persévérez dans la défense et la promotion des droits de l’homme, nous pouvons être amenés à vous remettre à nouveau un prix. Pour le cas du directeur général de l’administration pénitentiaire, nous avons constaté qu’il a persévéré, il n’a pas baissé les bras. Il est au milieu des détenus, il mène des actions en faveur des détenus », a expliqué le directeur exécutif de l’ONG UN-R2PDH, Abdon Leckiby.

Promoteur et directeur général de l’Ecole supérieure de gestion et d’administration des entreprises (ESGAE), le Pr Roger Armand Makany a réceptionné le trophée du Grand prix de promoteur de l’éducation professionnelle au Congo. Un prix très significatif pour lui car tout citoyen est appelé à défendre les droits de l’homme à sa manière. « Nous formons. Une personne qui est formée peut facilement s’insérer dans la société, vivre avec les autres et contribuer au vivre ensemble. C’est dans ce sens que l’ESGAE contribue à la protection des droits de l’homme mais également à la formation des êtres humains pour faire en sorte que la société dans laquelle nous vivons puisse être meilleure et aller vers l’excellence », a précisé le récipiendaire.

Collaborer et signaler les abus et les cas de violence dans nos communautés
Le Grand prix de la liberté de presse au Congo a été attribué, quant à lui, à Jean Obambi, ancien directeur général de la télévision congolaise pour son émission « Pacifica ». Pour le bénéficiaire, il s’agit du couronnement d’un effort fourni professionnellement. Le Grand prix de promoteur de la sécurité sociale au Congo a été décerné à la direction générale de produits laitiers et alimentaires de papeterie assimilés Bayo, représentée par le directeur commercial et marketing, Nouradine Ben. Selon les organisateurs, les agents de cette société sont pris en compte par la Caisse nationale de sécurité sociale. Le Grand prix de protection et assainissement de l’environnement au Congo a été remporté par la société Congo environmental services Averda, représentée par sa coordinatrice, Sirine Chehaidi.

Le directeur exécutif d’UN-R2PDH a rappelé que l’organisation de cette soirée est une façon pour eux d’être plus proches des citoyens, des personnalités et de toutes les communautés vivant les droits de l’homme au quotidien dans leur environnement social. Selon Abdon Leckiby, chaque citoyen peut promouvoir ou défendre un droit fondamental dans sa communauté respective sans appartenir à une association ou une ONG de de droits de l’homme. C’est ainsi qu’il a exhorté la population congolaise au respect des droits de l’homme.
« Collaborer et signaler aux associations et ONG de droits de l’homme les abus et les cas de violence dans nos communautés afin de les aider à produire des rapports pour que justice soit faite et qu’un terme y soit mis. Ainsi, nous contribuerons tous à la construction d’un véritable Etat de droit. N’ayons donc plus peur d’aborder des questions liées aux droits de l’homme dans nos communautés respectives », a-t-il encouragé, indiquant qu’il s’agit du droit à la vie, à l’alimentation, au meilleur état de santé, à l’éducation, à la liberté de circulation et d’expression ainsi qu’à la non-discrimination.

 

 

 

Légendes et crédits photo : 

Les six récipiendaires et leurs représentants/ DR

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire