Processus électoral : les députés enjoints de prioriser la loi électorale

0

Le président Joseph Kabila a adressé une correspondance au bureau de l’Assemblée nationale, le 10 octobre,  pour demander aux députés nationaux d’examiner à priori un certain nombre de lois dont celles en rapport avec le processus électoral.

L’annonce par la Céni  d’un report possible de la présidentielle jusqu’à avril 2019 continue de susciter des remous dans la classe politique jetant le doute dans les esprits quant à la volonté réelle du gouvernement d’amener les Congolais aux élections. C’est sur le chef de l’État, Joseph Kabila, dont le mandat a pris fin officiellement en décembre 2016 qu’une certaine opinion intérieure jette l’anathème, le considérant comme étant à la base de la lenteur que connaît le processus électoral. Et pourtant, ce dernier continue de crier et haut fort qu’il y aura bien élections dans son pays. Il l’a réitéré dernièrement à la tribune de la 72e assemblée générale de l’ONU sans toutefois avancer une quelconque date. Comme quoi, sur le principe, la tenue des élections demeure un fait implacable et inévitable.

Aussi, pour donner un gage supplémentaire de sa volonté de voir les élections se tenir tout en gardant un profond mystère sur une candidature à laquelle il n’a plus droit après épuisement de ses deux mandats constitutionnels, Joseph Kabila est sorti de ses gonds pour tenter de recadrer l’action parlementaire tendant à s’écarter du droit chemin. Dans une correspondance adressée le 10 octobre au bureau de l’Assemblée nationale et à laquelle actualités.cd a fait mention dans une de ses récentes dépêches, le chef de l’État a instruit les députés nationaux de prioriser un certain nombre de lois essentielles à la bonne marche du pays. Il s’agit, entre autres, de la loi portant révision du code minier, la loi pratique à la réforme du système fiscal, la loi sur le partenariat public et privé, la loi portant révision du code  forestier, la loi portant ratification de l’accord de Paris et la loi portant ratification de l’accord-cadre sur le rapport entre l’État congolais et le Saint-Siège.

Dans la foulée, il n’a pas manqué de faire aussi allusion aux lois en rapport direct avec le processus électoral, en l’occurrence la loi sur le Conseil national de suivi de l’accord et du processus électoral (CNSA), la loi électorale et la loi sur la stabilité publique. « Je vous prie d’apporter l’intelligence voulue aux traitements de ces matières lors de vos sessions », a écrit le président de la République. Une façon pour lui de rassurer sur le fait que l’organisation des élections demeure pour lui une source de préoccupation.

Alors qu’il s’exprimait mercredi à New York à la réunion du Conseil de sécurité sur la situation en RDC, le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères, Leonard She Okitundu, a exprimé la volonté de la RDC et de son gouvernement  d’amener les Congolais aux élections.  « La République démocratique du Congo tient fermement à l’irréversibilité de l’organisation des élections, mais à des bonnes élections qui pourront conduire à une passation pacifique du pouvoir », a-t-il déclaré.   Notons que la lettre du chef de l’État adressée aux députés par l’entremise de leur président qui s’est fait le devoir d’en dévoiler le contenu en plénière intervient alors que les députés de l’opposition ne siègent plus depuis quelques jours aux plénières de l’Assemblée nationale.    

Source : adiac-congo.com

Laisser un commentaire