Processus électoral : le régulateur des médias invité à interdire la campagne électorale précoce constatée

0

L’appel a été lancé par l’Association congolaise pour l’accès à la justice (Acaj), dans une lettre du 22 août adressée au président du Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication (Csac).

 

 

 

 

L’Acaj a sollicité l’implication de l’autorité de régulation de la presse en vue d’interdire la campagne électorale précoce et illégale constatée dans les médias. « L’Acaj vous prie de bien vouloir interdire la campagne électorale précoce qui s’observe dans certains médias dont la Radiotélévision nationale congolaise (RTNC) », a écrit l’Acaj, dans le courrier signé par son président, Me Georges Kapiamba.

Citant le monitoring réalisé du 14 au 21 août, l’ONG a fait constaté que la RTNC a diffusé « des reportages relatifs aux activités des partis politiques membres du Front commun pour le Congo et une chanson d’une artiste musicienne dédiée au parti présidentiel ». Par la même occasion, cette organisation de défense des droits de l’homme a dénoncé les affiches des candidats postées dans les réseaux sociaux « comme si la campagne électorale avait déjà commencé ».

L’Acaj a rappelé, à cet effet, à la Csac ses prérogatives telles que définies par la loi. S’appuyant sur l’article 33 de la loi n° 17/013 du 24 décembre 2017, modifiant et complétant la loi n°06/006 du 9 mars 2006 portant organisation des élections présidentielle, législatives, provinciales, urbaines, municipales et locales, l’ONG note que « le Csac veille au respect du principe d’égalité de production entre les candidats en ce qui concerne la diffusion dans les médias publics de leurs activités, écrits, déclarations ainsi que la publication de leurs programmes ». L’Acaj a fait savoir également que l’autorité de régulation, qui sanctionne les médias qui ne s’y conforment pas, « fixe, après concertation avec la Céni, un mois au plus tard avant le début de la campagne, les mesures garantissant une répartition équitable du temps de parole et d’antenne sur les médias publics aux fins de campagne électorale ainsi que le pluralisme dans les média privés ».

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire