Processus électoral : début ce jeudi de la tripartite CNSA-Gouvernement-Céni

0

La rencontre consiste à évaluer le niveau d’application de l’accord de la Saint-Sylvestre et à déterminer la suite des opérations en cours dans le pays.

Le président du Conseil national de suivi de l’Accord (CNSA) du 31 décembre 2016, Joseph Olenghankoy, a fait preuve de dépassement en transcendant son égo pour aller à la rencontre du Premier ministre, Bruno Tshibala, avec qui il était en froid il y a quelque temps. En début de semaine, les deux personnalités se sont rencontrées à la primature pour poser les bases de la tripartite tel que leur astreint l’accord de la Saint-Sylvestre. L’ambiance était bon enfant lors de cette séance de travail, au terme de laquelle les deux chefs des institutions se sont accordés pour la tenue de la tripartite censée démarrer le  28 juin, conformément aux  pertinentes dispositions stipulées au point IV de l’Accord du 31 décembre 2016.

Il s’agira, lors de ces travaux, d’évaluer le niveau d’exécution de cet accord et de déterminer la suite du processus électoral en cours. La Commission électorale nationale indépendante (Céni), le gouvernement et le CNSA seront à l’œuvre pour faire l’autopsie de ce processus, en n’éludant aucune question. De la décrispation politique avec, à la clé, la libération des prisonniers dits emblématiques à la liste des partis et regroupements politiques autorisés à participer aux élections en passant par le dédommagement de la population victime des violences liées à la dérive politique, sans oublier les divergences sur la machine à voter, tout sera passé au peigne fin lors de cette rencontre.   

Pour le président du CNSA, il est question de faire appel à la conscience des uns et des autres pour l’intérêt supérieur de la nation. Pendant quatre jours, les délégués des parties prenantes vont examiner les points contenus dans l’accord de la Saint- Sylvestre et éventuellement faire des propositions utiles en vue de son application intégrale. « Les travaux préparatoires de cette tripartite ont déjà commencé », apprend-on. Ces travaux sont de grande importante car, de l’évaluation qui sera faite du processus électoral, l’on pourra se faire une conviction sur la tenue effective des élections à l’échéance du 23 décembre.  

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire