Pretoria et Kinshasa s’accordent pour supprimer leurs barrières commerciales

0

Pretoria (Afrique du Sud) – L’Afrique du Sud et la République démocratique du Congo (RDC) ont convenu de lever les obstacles qui empêchent les deux pays membres de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) de faire des affaires entre eux.

La décision, approuvée lundi a été prise lors du séminaire sur les investissements et le commerce organisé par le ministère sud-africain du Commerce et de l’industrie et leurs hôtes à Lubumbashi, la deuxième grande ville du pays (province du Katanga), à la frontière avec la Zambie.

Le Consul général sud-africain à Lubumbashi, Andrew Maswanganye a déclaré qu’il était important pour Pretoria et Kinshasa de travailler à l’harmonisation du climat des affaires.

Il a également appelé les deux parties à proposer des idées sur la manière de mettre en œuvre les accords déjà en place.

Maswanganye a ajouté : « Il est important d’identifier les bonnes opportunités pour nos hommes d’affaires, afin de développer le commerce et les investissements entre nous.

« Nous devons également faire un zoom sur les secteurs cruciaux où le transfert de compétences et le transfert de technologie doivent être accélérés ».

« Nous encourageons également les opérateurs économiques à travailler avec les Etats pour s’attaquer aux facteurs qui entravent leur capacité à travailler dans ces pays », a-t-il ajouté.

Le ministre congolais de l’Economie, Joseph Kapika a déclaré que la priorité du gouvernement congolais était de s’assurer que le guichet unique créé pour faciliter l’enregistrement des entreprises et la facilitation des investissements dispose des ressources nécessaires pour remplir son rôle.

Il a également appelé l’Afrique du Sud, l’État le plus industrialisé du continent, à partager son expertise, son avancement technologique et son transfert de compétences afin d’aider son pays à exploiter les opportunités dans les secteurs minier et manufacturier.

M. Maswanganye a également accompagné des hommes d’affaires sud-africains dans la province de Lualaba en RDC, où les 29 membres de la délégation se sont engagés davantage dans les secteurs minier, manufacturier, agricole et touristique.

La province de Lualaba, récemment délimitée, abrite certaines des plus grandes mines du pays pour la production du cuivre et du cobalt.

S’adressant aux hommes d’affaires qui ont participé à l’Initiative (ITI), le gouverneur de la province de Lualaba, Richard Muyez Mangeze Mans a affirmé que l’objectif du gouvernement régional était d’attirer des investissements qui diversifieraient l’économie des industries extractives locales.

« Notre stratégie est d’encourager les investissements qui contribueront au développement de secteurs qui stimulent l’industrialisation ainsi que la création de petites et moyennes entreprises (PME).

“Nous avons commencé avec la construction des infrastructures sociales. Nous croyons que l’effet total de tous nos efforts sera la création d’une classe moyenne qui permettra d’élever considérablement le niveau de notre économie provinciale « , a indiqué M. Mans.

Mans a ajouté qu’en réduisant sa dépendance vis-à-vis des revenus du secteur minier, qui sont soumis aux fluctuations des prix internationaux des matières premières, la province ferait de grands progrès vers son objectif final de créer une économie diversifiée.

Il a également encouragé les hommes d’affaires sud-africains à s’engager davantage avec la Chambre de commerce de la province congolaise afin de trouver des partenaires appropriés pour la formation de coentreprises et de partenariats.

L’objectif de l’ITI, qui a duré une semaine, était d’accroître le commerce et d’approfondir les relations bilatérales entre l’Afrique du Sud et la RDC. Le commerce entre les deux pays s’élevait à 985 millions de dollars américains à la fin de 2016.

Source : Media Congo

Laisser un commentaire