Présidentielle : pas avant avril 2019

0

Corneille Nangaa a annoncé au cours d’un échange mardi avec des acteurs de la société civile que son institution  a besoin réellement de 504 jours après la fin de l’enrôlement pour arriver au jour du scrutin.

Devant des responsables des organisations de la Société civile de Kinshasa qu’il avait reçus en audience le mardi 10 octobre, le président de la Céni, Corneille Naanga, a indiqué que son institution avait besoin d’au moins 504 jours après la fin de l’enrôlement pour arriver au jour du scrutin. Une façon de dire que les élections attendues n’auront pas lieu de si tôt, soit pas avant avril 2019. Tout calcul fait, le délai ainsi sollicité entre la fin de l’enregistrement de la population sur les listes électorales et le scrutin présidentiel projettera inéluctablement les scrutins au-delà de 2018. En effet, l’enrôlement en cours au Kasaï devra prendre trois mois plein avec une probabilité de s’achever début décembre 2017. 

Partant de là comme point de repère, il va sans dire que le scrutin ne peut pas être organisé avant avril 2019 au plus tôt. Et lorsqu’on intègre certains impondérables liés à l’organisation des scrutins avec toutes les activités que la Céni est censée déployer jusqu’aux élections, cette échéance pourrait même être dépassée. D’ici la fin de l’enrôlement en cours au Kasaï, la Céni compte réaliser les actions ci-après : le vote de la loi portant répartition des sièges par l’Assemblée nationale, l’inscription des candidatures, la commande, production et livraison des matériels sensibles, le déploiement, le recrutement  et la formation du personnel, les scrutins, le vote et le dépouillement, le ramassage et le contentieux. Comme quoi, on n’est pas encore sorti de l’auberge.

 

        

 

Source : adiac-congo.com

Laisser un commentaire