Présidentielle: la candidature de Tryphon Kin-Kiey Mulumba fait jaser

0

Le fondateur de « Kabila désir » et cadre de la majorité présidentielle s’est porté candidat à la présidence de la République, le 7 août, au mépris de la Charte du Front commun pour le Congo (FCC) qui oblige ses membres à soutenir uniquement le candidat choisi par son autorité morale.

Le député national Tryphon Kin Kiey Mulumba, connu pour son allégeance au chef de l’Etat, Joseph Kabila, a créé la sensation ce 7 août, en allant déposer sa candidature pour la présidentielle du 23 décembre. De quoi faire tomber à la renverse de nombreux compatriotes qui ne s’expliquent pas un tel revirement à l’heure où le camp présidentiel bat le rappel des troupes pour se choisir le dauphin après consultation des différentes composantes de cette plate-forme électorale. Kin Kiey Mulumba n’a pas attendu l’oiseau rare qui sortirait de ce camp pour se lancer dans la course. Sa décision de se porter candidat sous la casquette d’indépendant, il l’a prise seul, en âme et conscience.

Le président du Parti pour l’action s’est donc présenté devant les agents de la Commission électorale nationale indépendante commis à la réception des candidatures, muni de son dossier. Il a rempli toutes les formalités d’usage, laissant perplexes tous ceux qui, connaissant son degré d’enracinement dans la « Kabilie »,  doutaient qu’il allait franchir ce palier. « J’appartient à la MP mais je ne suis pas la MP. Je suis Kin Kiey Mulumba », a-t-il lâché au passage, mettant en exergue son indépendance d’esprit en tant qu’une personnalité politique ayant des convictions et des ambitions à faire valoir.  

En tout cas, pour une certaine opinion, l’acte posé par Tryhon Kin-Kiey Mulumba est révélateur du malaise qui gangrène actuellement la famille politique de Joseph Kabila.  A quelques heures de la clôture du dépôt des candidatures à la présidence de la République, celle-ci peine à canaliser son choix vers une personnalité consensuelle capable de porter ses espérances lors des joutes électorales.

D’après certains analystes, l’intéressé aurait, par sa candidature, violé la Charte du FCC qui oblige ses membres à soutenir le dauphin qui sera désigné par son autorité morale et ce, après concertation avec les autres membres de la plate-forme. Il est à noter que Kin-Kiey Mulumba a signé l’acte fondateur du FCC par le truchement de l’Alliance des bâtisseurs du Congo pour l’émergence, un regroupement politique membre de la coalition au pouvoir dont il est vice-président.  

Pour rappel, Tryphon Kin-Kiey Mulumba est docteur en sciences politiques de l’université de Panthéon Sorbonne Paris. Patron de presse (il est propriétaire du journal « Le Soft international), il a été élu député national pour la circonscription de Masi-Manimba, dans le Kwilu, en 2006 et 2011. Il a été plusieurs fois ministre sous le régime de feu maréchal Mobutu et Joseph Kabila Kabange. Sous le gouvernement Matata II, en décembre 2014, il a occupé le poste de ministre des Relations avec le parlement.

Légendes et crédits photo : 

Kin Kiey Mulumba, le 7 août, devant les agents de la Céni

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire