Présidentielle françcaise : « Si Macron en est arrivé-là, c’est parce que Hollande a échoué », rappelle Alba Ventura

0

Que de marques d’affection, lundi 8 mai, de la part de François Hollande envers Emmanuel Macron ! Le Président sortant avait invité le nouveau Président élu à l’occasion des cérémonies du 8-Mai sous l’Arc de Triomphe. C’était d’abord des gestes d’amitié. Il y a quand même eu une proximité entre ces deux hommes. Mais il y avait aussi une forme de malice de la part du président Hollande à se comporter comme un père avec son fils, comme un mentor. Il voulait que ça se voit. On l’a vu tenir le bras d’Emmanuel Macron, le raccompagner à sa voiture en lui donnant une petite tape sur la nuque.

Présidentielle françcaise :

On voyait bien qu’il ne boudait pas son plaisir à l’idée de guider son jeune successeur. Comme un rite initiatique. Comme un rite de passage. Au risque de refaire un peu l’Histoire, François Hollande, qui disait qu’Emmanuel Macron l’avait « trahi avec méthode », a donné une autre version lundi en expliquant qu’Emmanuel Macron « l’avait suivi puis il s’était émancipé ». L’émancipation, vous savez, c’est ce que l’on dit des enfants : ils s’émancipent, ils volent de leurs propres ailes. Il y a comme une forme de « récupération » dans l’attitude de François Hollande. Pas sûr que le côté paternaliste ait été du meilleur effet sur Emmanuel Macron.

Pour Macron, la page est tournée

Présidentielle françcaise :

Le président sortant François Hollande et le président élu Emmanuel Macron lors de la cérémonie du 8-Mai à Paris. (© REUTERS/Stephane De Sakutin)

C’est compliqué, surtout dans un moment solennel où il y a d’abord la marque du respect qui est dû au président encore en fonction. Mais il se serait sans douter passer des gestes protecteurs, un peu trop affichés. Mettez-vous deux secondes à la place d’Emmanuel Macron. Il est président maintenant. Il n’a pas envie d’être vu comme le petit garçon à qui l’on tient la main. Et puis même si Emmanuel Macron doit beaucoup à François Hollande, l’histoire de ces deux hommes se termine.

Pour Macron, la page est tournée. Elle est même tournée depuis longtemps déjà. Car il ne faut pas oublier que si Emmanuel Macron en est arrivé-là, c’est parce que François Hollande a échoué. Il ne faut pas oublier que lorsque Emmanuel Macron se déclare candidat à la présidentielle, il le fait au nez et à la barbe de François Hollande qui n’a encore rien dit de ses intentions. Il ne faut pas oublier que son émancipation, elle réussit parce qu’il tourne le dos à la vieille politique qu’incarne François Hollande.

Alors François Hollande a sans doute à cœur de voir encore un peu son reflet dans le visage de ce nouveau président. Mais pour Emmanuel Macron, c’est une autre histoire qui commence. Surtout, Emmanuel Macron a à cœur de montrer à François hollande qu’il ne lui doit rien dans cette élection.

La semaine du casse-tête pour les « Hollandais »

Que vont faire les « Hollandais » ? C’est la semaine du casse-tête pour certains ministres ou ceux qui ont fait partie du gouvernement. Vous vous rendez compte : pour certains, il s’agit de tourner le dos à trente ans de socialisme.

Il y a ceux qui frappent à la porte d’Emmanuel Macron. Comme Manuel Valls qui a déclaré que « le rassemblement des progressistes s’imposait ». Qu’est-ce que ça veut dire ? Il y a ceux qui, comme Stéphane Le Foll, disent : « J’ai encore mon honneur », « je ne vais pas quémander ». C’est presque une question philosophique : comment ne pas perdre son âme tout en voulant prendre le train en marche ?

Source : Media Congo

Laisser un commentaire