Présidentielle en RDC : l’Afrique du Sud et la Zambie pressent la Céni de publier les résultats

0

Lors d’une réunion à Pretoria, le 9 janvier, les présidents sud-africain, Cyril Ramaphosa, et zambien, Edgar Lungu, ont appelé la Centrale électorale à finaliser rapidement le décompte des suffrages et à communiquer les résultats des élections « pour en garantir la crédibilité ».

Cyril Ramaphosa et Edgar Lungu ont insisté sur le fait que « le retard pris par la publication des résultats favorise les suspicions et compromet la paix et la stabilité du pays ».

La Commission électorale nationale indépendante (Céni) avait reporté sine die, le 6 janvier, l’annonce des résultats provisoires de la présidentielle du 30 décembre qui doit désigner le successeur du président Joseph Kabila, précisant qu’elle pourrait finalement avoir lieu d’ici à vingt-quatre ou quarante-huit heures.

Trois principaux candidats sont en lice, le dauphin et candidat du pouvoir, l’ex-ministre de l’Intérieur sous sanctions de l’Union européenne, Emmanuel Ramazani Shadary, et les deux opposants,  Martin Fayulu et Félix Tshisekedi, qui se disent déjà certains de leur victoire, nourrissant la crainte de vives tensions dès la proclamation des résultats.

Les chefs d’Etat sud-africain et zambien ont exhorté les partis politiques et la population congolaise à « rester calmes et à exercer la plus extrême retenue en attendant que la Céni, mandatée constitutionnellement pour le faire, publie les résultats ».

Pendant que tout un pays attend toujours l’annonce officielle du vainqueur, une ONG congolaise a dénoncé, le 9 janvier, l’arrestation d’un opposant accusé d’avoir publié de « faux résultats » de la présidentielle. « Armand Lokeka Okito, avocat et candidat à la députation nationale pour le compte de la plate-forme d’opposition Ensemble, a été arrêté lundi à son domicile par dix-huit policiers bien armés et conduit dans les locaux des services spéciaux de la police de Kinshasa », a expliqué la Fondation Bill Clinton pour la paix (FBCP).

De son côté, le porte-parole de la police, le colonel Pierrot-Rombaut Mwanamputu, a confirmé que le présumé se trouve dans leurs locaux et que l’instruction suit son cours normal. 

Selon la FBCP, Armand Lokeka Okito est accusé « d’avoir publié des faux résultats en faveur du candidat d’opposition Martin Fayulu de la coalition Lamuka ». Dans un communiqué, l’organisation de défense des droits de l’Homme a condamné « la procédure illégale » de son arrestation et demande sa libération dans l’immédiat, au cas contraire le traduire devant son juge naturel.

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire