Présidentielle: Didier Reynders attend les conclusions des observateurs avant de prendre une attitude

0

Interrogé par plusieurs députés belges cet après-midi au parlement, Didier Reynders, le ministre des Affaires étrangères de la Belgique, s’est à nouveau exprimé sur l’élection présidentielle en République démocratique du Congo.

Didier Reynders est revenu sur le résultat provisoire de l’élection présidentielle. « J’ai pris connaissance des résultats provisoires, et il semble qu’on ne tiendra pas compte des résultats éventuels d’une élection en mars prochain dans une partie de la République (les élections ont été reportées dans plusieurs régions dont Béni, NDLR), ce sont les résultats actuels qui servent à déterminer le nouveau président. »

Le ministre a manifestement choisi la prudence et la diplomatie en s’exprimant cet après-midi. Il dit attendre la réaction de la société congolaise avant de prendre attitude. « Nous devons être à l’écoute de la société congolaise car nous n’avions pas d’observateurs sur place », a-t-il expliqué. « La Cenco (la Conférence épiscopale congolaise) l’a confirmé : les résultats annoncés par la Céni (commission électorale) ne correspondent pas à ce qu’elle a constaté dans ses missions d’observation, et elle dispose d’une structure forte. Nous tenons compte évidemment de cet élément « .

« J’insiste sur le non-usage de la violence »

Le ministre encourage aujourd’hui les citoyens congolais à ne pas avoir recours à la violence en cas de contestation des résultats. « Nous, avec l’Union africaine, l’Union européenne, nous irons dans la même direction : nous demandons à tous les acteurs au Congo de réagir en respectant les procédures », a-t-il déclaré au Parlement. Il existe des procédures internes pour contester les résultats et je pense que c’est important d’insister sur le non-usage de la violence. La crédibilité des élections ne sera là que si les Congolais eux-mêmes reconnaissent cette crédibilité ».

La Belgique participera aujourd’hui ou demain à un nouveau briefing au Conseil de sécurité de l’ONU pour examiner la suite des opérations et l’attitude à adopter au niveau international.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire