Présidentielle: Après Lubumbashi, la campagne d’Emmanuel Shadary faite halte à Kolwezi

0

Après le stade Tata Raphaël de Kinshasa et le stade Kibassa Maliba de Lubumbashi, la ville minière et ouvrière de Kolwezi dans la province du Lualaba est la troisième étape qu’a choisi le candidat Emmanuel Ramazani Shadary pour sa campagne électorale.

Le mardi dernier, c’était devant un public acquis à sa cause que le candidat à la présidentielle du 23 décembre, Emmanuel Ramazani Shadary, a tenu son discours au stade de Kolwezi en compagnie de son épouse. Kolwezi, entité urbano-rurale riche en minerais, était une étape importante pour le candidat du Front Commun pour le Congo (FCC) qui se réclame être un « fils du Katanga ».

Il n’a de cesse rappeler son modeste passé à Lubumbashi, la ville de sa naissance qui est également celle de sa femme et de ses deux grandes filles. La mobilisation des cadres de sa plateforme politique était grande, les états-majors des partis du FCC ont inondé le stade de leurs partisans venus de tous bords.

« Le rassembleur », une structure montée par Syntia Ntumba et Daddy Ngoy Tshisuaka qui bénéficie du soutien du gouverneur Richard Muyej, était d’un grand apport au rassemblement des jeunes militants de Kolwezi. L’opposition et la société civile ont contesté la décision du maire Véronique Upite à fermer les marchés à 10 heures pour l’accueil du candidat Shadary, une instrumentalisation des institutions et services publics.

Dans son plaidoyer pour obtenir de nombreuses voix du Katanga, Emmanuel Ramazani Shadary a sorti la même rengaine qui alimente les discours politiques en RD Congo. Celui qui se présente comme le candidat de l’émergence et de la continuité en faisant sien le mantra « je ne trahirai jamais le Congo » du Mzee Kabila a promis aux kolweziens la baisse du prix de la farine de maïs par la construction d’une minoterie, le renforcement des services d’adduction d’eau, la fourniture du courant électrique, la lutte contre la corruption, la gratuité de l’école primaire, la rétrocession des 40% des recettes aux provinces…

Une particularité toutefois pour cette cette ville minière, c’est sa promesse de résoudre le conflit qui oppose les creuseurs artisanaux aux exploitants chinois sans toutefois donner les mécanismes, les ressources qui seront mis en place pour atteindre les résultats escomptés.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire