Présidentielle 2018 : étrange confessionnal du candidat Kin-Kiey Mulumba

0

Étonnant et tout aussi étrange qu’est ce confessionnal auquel le candidat président de la République Tryphon Kin-Kiey Mulumba dit KKM s’est livré lors de son dernier passage en Europe auprès de l’hebdomadaire parisien Jeune Afrique dans sa diffusion d’hier mardi 9 octobre 2018.

L’initiateur de l’asbl puis le parti politique « Kabila Désir » apparemment plus en odeur de sainteté avec le régime mais qui se considère toujours membre de la majorité au pouvoir n’y va pas par quatre chemins contre ses amis : « Kabila a été détruit par les siens qui l’ont sacrifié », affirme-t-il sans ambages.

« Kabila a été victime d’un complot »

Ainsi, KKM considère sa candidature comme une révolte au traitement injuste dont le président Joseph Kabila serait victime de l’élite congolaise et « qui a abouti avec la désignation d’un dauphin » qui ne l’était pas vraiment.

Le candidat président de la République n’a pas caché ses sentiments sur la désignation de Ramazani Shadary, comme candidat du Front commun pour le Congo (FCC). Pour lui, le chef de l’État Joseph Kabila a fait ce choix à contre cœur.

« Je crois que Ramazani a été choisi par le président de la République malgré lui. Le premier choix était Matata Ponyo. Mais il n’a pas été aidé par les ténors de sa province », a-t-il révélé.

Bien qu’il avoue partager des valeurs communes avec le dauphin du candidat du Front commun pour le Congo, Tryphon Kin-Key Mulumba ne compte pas désister en sa faveur. « Je ne me présente pas contre le candidat du FCC. Je me suis présenté avant que l’on connaisse son nom. Avec Ramazani Shadary, je partage des valeurs. Nous avons été au bureau politique ensemble. Mais je ne suis pas au FCC », a-t-il expliqué.

Tryphon Kin-Key tacle également certains opposants en reconnaissant seulement que le président de l’UDPS, Félix Tshisekedi, comme « le seul vrai opposant ».

« Regardez qui se trouve aujourd’hui dans l’opposition : c’est la majorité ! Aujourd’hui, le seul vrai opposant est Félix Tshisekedi », a affirmé l’ancien président de « Kabila désir »

Le meilleur candidat de l’alternance

Il y a quelques mois encore, l’ancien ministre des Postes, et des Relations avec le Parlement, était parmi de ceux qui soutenait Joseph Kabila à briguer un troisième mandat aux élections du 23 décembre 2018 qui pour lui du reste se justifie encore pour des raisons de « stabilité et des questions de sécurité ».

« Dans notre région, l’Afrique centrale, des troisièmes ou quatrièmes mandats ont été accordés au nom de la stabilité et les questions de sécurité. Kabila a été sacrifié », a-t-il expliqué

Malgré cela,Tryphon Kin-Key se postionne néanmoins comme le meilleur candidat de l’alternance. « J’estime être le candidat le plus crédible. […] Je viens d’une province, le Kwilu, qui est un swing state, sans lequel aucun président ne peut être élu. J’ai un fief. Et aucun candidat aujourd’hui n’a ce profil. Je veux recréer le consensus et la cohésion perdue pour redonner du rêve à ce pays. Et puis, on parle d’alternance. Mais faisons l’alternance jusqu’au bout », a-t-il fait savoir.

Enfin, le dernier ministre de l’Information avant la chute de Mobutu dénonce la machine à voter et déteste » au passage ce qu’il considère comme étant « un accaparement de la RTNC » la radiotélévision nationale, par le pouvoir.

« Je déteste la façon dont la communication officielle est conduite, avec un accaparement de la RTNC, le seul média disponible dans tout le pays. Les meetings en province ne sont autorisés qu’aux proches du pouvoir. Je trouve cela déplorable. Je note que personne ne veut de la machine à voter. Et qu’il y a un débat sérieux sur les fameux électeurs sans empreinte. Il faut de la transparence », a-t-il affirmé.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire