PréCOP24 : le WWF relève des progrès constants bien qu’inégaux

0

Le satisfecit de l’ONG internationale, au terme des négociations de l’ONU sur le climat tenues à Bonn, en Allemagne, ne l’a pas empêchée de sonner l’alarme sur l’urgence liée à l’entrée en vigueur effective de l’Accord de Paris.

Le Fonds mondial pour la nature (WWF) s’est réjoui de la fin, le 10 mai à Bonn, des travaux préparatoires de la COP24. Le communiqué final de cette organisation, publié le 14 mai, souligne que les discussions menées dans la ville allemande ont été clôturées sur une note optimiste. Un cycle de négociations supplémentaires, prévu à Bangkok, en septembre, offrira une nouvelle occasion de résoudre les problèmes délicats, tels que les finances et le renforcement de l’ambition, avant le cycle décisionnel politique prévu pour décembre à Katowice, en Pologne, du 3 au 14 décembre.

Réagissant à ces résultats, le chef de la délégation du WWF, Mark Lutes, cité dans ce communiqué, a affirmé avoir « constaté des progrès constants, bien qu’inégaux, dans les négociations ». Selon lui, les choses se mettaient en place pour la pleine mise en œuvre de l’Accord de Paris. « Cela est évident à la fois avec les règles et la réduction de l’écart des émissions. Mais le financement reste la clé pour obtenir de bons résultats à Katowice. Tenir l’engagement de cent milliards de dollars et obtenir un signal d’ici la COP24 pour plus d’argent pour le Fonds vert pour le climat sera essentiel pour des plans climatiques plus ambitieux d’ici à 2020 », a fait observer le chef de la délégation du WWF aux travaux de Bonn.

Selon WWF, des progrès ont notamment été accomplis dans l’élaboration du texte (base des négociations) pour les règles de mise en œuvre de l’Accord de Paris. Les pays, a indiqué l’ONG internationale, doivent assurer des progrès substantiels sur les questions délicates lorsqu’ils se retrouveront à Bangkok.

Parmi d’autres résultats pour des questions spécifiques, il a été relevé que le dialogue Talanoa a créé un esprit de coopération et mis en évidence de nombreuses opportunités pour les pays d’intensifier leurs efforts afin de réduire les émissions. « Garder l’élan généré par ce dialogue devrait être parmi les priorités de la COP24 », a souhaité le WWF qui a, par ailleurs, noté que l’action climatique avant 2020, mise en évidence par la signature de la deuxième période d’engagement du protocole de Kyoto (KP2), était lente.

L’ ONG internationale active dans la conservation a exhorté tous les pays à agir de toute urgence au sujet de la ratification de l’Accord de Paris sur le climat. Elle estime que l’entrée en vigueur de ce texte enverra un signal fort pour une action climatique renforcée. Relevant que l’Érythrée a déposé ses instruments de ratification le 3 mai, devenant le dernier pays à le faire, le WWF a fait savoir qu’au moins trente-deux autres pays sont nécessaires pour ratifier l’accord si celui-ci doit entrer en vigueur avant la COP24. Mais étant donné que le financement des pertes subies à cause des impacts climatiques reste non résolu, la COP24 devra donner un mandat clair aux pays sur cette question, espère le WWF.

Légendes et crédits photo : 

Le logo de la conférence de l’ONU sur le climat

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire