Pourquoi créer un Fonds spécial pour les jeunes alors que le FPI existe ?

0

Ce fonds va permettre au gouvernement d’« encadrer et accompagner financièrement les projets d’entreprenariat, de création d’entreprise et de formation des jeunes pour leur épanouissement intégral ». Pour Joseph Kabila Kabange, le président de la République, la lutte contre le chômage des jeunes devra se poursuivre à travers la formation professionnelle, de manière à stimuler l’esprit d’entrepreneuriat en nos enfants pour qu’à leur tour, ils participent à la création de la richesse nationale.

Dans cette lutte, avait-il déclaré devant les deux chambres législatives réunies en congrès que le Fonds national de l’entreprenariat des jeunes qui va bientôt prendre corps, sera « un complément nécessaire aux efforts en cours de placement menés par l’Office national de l’emploi (ONEM) ». Dans certains milieux d’affaires, on se demande pourquoi créer une nouvelle structure alors que le Fonds de promotion de l’industrie (FPI) peut bien jouer ce rôle.

 Au mois d’avril, en effet, le FPI a organisé à Pullman Hôtel de Kinshasa des assises sur la promotion de l’entrepreneuriat féminin et l’accompagnement des jeunes entrepreneurs. Les deux journées de réflexion ont débouché sur une série de recommandations, 23 au total. La tenue de cet atelier de réflexion, avait indiqué Patrice Kitebi, le directeur général du FPI, trouve sa justification dans « le contexte de la vision économique de l’État dans la perspective de l’émergence à l’horizon 2030 ». Pour cela, il faut trouver solution à la problématique de l’emploi et de l’entrepreneuriat des jeunes, conditions d’émergence et d’expansion de la classe moyenne nationale. 

Selon des statistiques recoupées mises à jour, les jeunes représentent à ce jour plus de deux tiers de la population et sont majoritairement exclus de la croissance. Le chômage des jeunes est quasiment deux fois plus élevé que celui des adultes. Le chômage touche durement les jeunes diplômés et le sous-emploi est prégnant chez les non diplômés. 

Dans son Rapport national sur le développement humain (2016), le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) suggère que « les groupes marginalisés de la société congolaise soient insérés dans la vie sociale et participent activement aux activités économique du pays à travers divers mécanismes de promotion d’emploi ». Et le président de la République avait rappelé aux jeunes, en novembre 2016 et avril 2017, devant le Parlement réuni en congrès, les efforts du gouvernement pour la promotion de l’entrepreneuriat local, notamment avec la loi sur la sous-traitance aux PME/PMI et l’existence du Fonds national de microfinance. 

Création d’incubateurs

Face à ces enjeux, le FPI a donc axé sa politique de soutien aux jeunes entrepreneurs sur la création d’incubateurs d’entreprises. Il a à cet effet fait appel à une expertise belge pour réaliser une étude de faisabilité technique et financière en vue de créer des incubateurs de PME. Deux villes pilotes ont été identifiées, Kinshasa et Goma. L’étude avait pour objectif d’« éclairer le management du FPI sur le type d’incubateurs à mettre en place, les filières à développer, le cadre institutionnel et organisationnel… » L’étude a été présentée en avril à l’atelier de réflexion en vue de l’adhésion des parties prenantes au projet pour sa réalisation : institutions d’aide au développement, banques, jeunes entrepreneurs, fisc… 

La stratégie du FPI en faveur des jeunes entrepreneurs repose essentiellement sur la création de centres d’incubation des PME en vue de favoriser les emplois par la formation et l’encadrement des PME gérées par des jeunes. Elle découle aussi des recommandations de la table ronde des PME organisée par la Fédération des entreprises du Congo (FEC) en 2017 pour la mise en place des stratégies visant l’accompagnement et la promotion de la PME vue comme un des moteurs de l’émergence de l’économie nationale.

 
Cette table ronde s’est prononcée en faveur de l’appui au FPI et à la SOFIDE dans la négociation des lignes de crédits extérieurs pour le financement des PME ; l’installation des incubateurs de start-up pour l’accompagnement et l’encadrement, d’un système de mentorat pour la promotion des jeunes entrepreneurs et d’un programme national pour la promotion de l’entrepreneuriat féminin et celui des jeunes.

En 2016, à travers le Prix de l’innovation du chef de l’État initié par le ministère de l’Industrie, le FPI a récompensé 20 idées innovantes dans plusieurs domaines. Ces entrepreneurs ont bénéficié de subventions pour développer leurs entreprises, mais le suivi de l’évolution de ces projets n’a pas été optimal. 

Les start-up tenues par les jeunes n’ont pas de garanties et ne sont pas structurées comme les grandes entreprises. D’où l’idée de les assister. Pour cela, il a fallu mener une étude de faisabilité. Dans le programme d’actions 2018-2020 du FPI, la mise en place d’incubateurs se chiffre à 13,2 millions de dollars.

Recommandations

Les participants à l’atelier ont formulé une série de recommandations, 23 au total. Concernant l’accompagnement des jeunes entrepreneurs, les participants ont demandé que dans le cadre de la mise en œuvre du centre d’excellence sur la pisciculture de Kinshasa, le FPI doive collaborer avec les ONG déjà lancées dans le domaine. Que le FPI doive contacter les services de l’État pour des allègements fiscaux. Ils ont aussi préconisé des mesures d’accompagnement des incubés sortants (réseau de distribution, commercialisation, stratégie marketing, compétitivité et échanges avec d’autres acteurs de la pisciculture). 

Ils ont préconisé également de veiller à la réalisation effective de la mise en place des incubateurs et du centre d’excellence en pisciculture et poursuivre leur extension dans toutes les provinces ; de sélectionner les jeunes à incuber sur base des critères objectifs (égalité des chances à tous les jeunes) ; lever l’entrave de la garantie quant à la demande de financement ; assurer la fonction des formateurs pour succéder aux experts étrangers ; envisager pour les incubateurs d’agro-business un internement, pour plus d’efficacité, comme pour le centre de pisciculture ; privilégier les jeunes ayant un profil de technicien dans le recrutement des incubés ; envisager le recours à l’énergie solaire pour les insuffisances du système électrique national.

Les participants ont enfin souhaité que ce genre de forums soient organisés régulièrement pour réunir les opérateurs économiques en quête de financement et les partenaires financiers. Equity Bank et l’École supérieure de management ont pris l’engagement de financer quelques projets potentiels présentés par les femmes et envisager des programmes spécifiques pour leur formation.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire