Port-Yoro : démarrage imminent de la construction du point de débarquement des pêcheurs

0

Les travaux d’élargissement du débarcadère fluvial vont commencer en février, après leur lancement officiel l’année dernière par le président Denis Sassou-N’Guesso et le roi Mohammed VI du Maroc.

Le projet d’aménagement est entièrement financé par l’Agence de coopération internationale du royaume chérifien à hauteur de deux milliards francs CFA. Prévu sur une superficie d’un hectare sept cents mètres, l’ouvrage comporte des zones d’activités, de commercialisation et de transformation des produits de la pêche, des locaux administratifs et sociaux.

Plus de cent cinquante magasins seront construits dans la future zone d’activités, avec un local de matériel de pêche ainsi que de deux ateliers de mécanique et de réparation des pirogues. En ce qui concerne le site du marché, il sera construit une halle aux poissons, une chambre froide, une fabrique de glace, un marché de vente au détail, des espaces socio-collectifs…

Les principaux bénéficiaires de l’ouvrage, les pêcheurs, veulent voir déjà les premières fondations. Regroupés au sein de la coopérative des pêcheurs de Mpila (dans le sixième arrondissement de Brazzaville), ceux-ci comptent sur la concrétisation du projet pour améliorer leur quotidien. Raoul Ngandounou, un des doyens du port, exprime leur impatience.   « Nous, les pêcheurs de Yoro, attendons vraiment la construction de notre port. Cela va renforcer nos moyens de travail, parce qu’actuellement, nous travaillons au rythme saisonnier. C’est actuellement notre principal souci », a confié ce membre de la coopérative. L’infrastructure changera la vie de plusieurs centaines de pêcheurs, des femmes mareyeuses-grossistes et détaillantes. En plus, deux cents pirogues sédentaires et trois cents joueurs de pêche pourront y accéder régulièrement.

Yoro est un port secondaire sous le port autonome de Brazzaville. Malgré la difficulté que traverse l’établissement public, les activités économiques ne se portent pas si mal au niveau de Yoro. Ce lieu est l’un des principaux points d’entrée des denrées alimentaires de Brazzaville, surtout des produits de la pêche. Ce port historique très dégradé pourrait renaître de ses cendres.

En effet, l’aide du royaume du Maroc va contribuer au redressement du secteur de la pêche artisanale au Congo, à travers l’organisation et l’encadrement de la profession, la valorisation et l’amélioration de la qualité du produit, y compris l’amélioration des conditions de vie et de travail des pêcheurs locaux.

Légendes et crédits photo : 

– Des pirogues à quai

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire