Port sec de Kasumbalesa : un point de transit pour la sous-région

0

Le lancement des travaux de construction du grand projet d’infrastructures piloté par l’Office de gestion du fret multimodal (Ogefrem) a eu lieu le 1er juin, dans la province du Haut-Katanga.

https://storage.googleapis.com/images.digitalcongo.net/Presidents/kabila-pose-pierre-lubumbashi-010618-800px.jpgLe président de la République, Joseph Kabila Kabange, a lancé vendredi les travaux de construction du port sec de Kasumbalesa dans la province du Haut-Katanga. Ouvrage gigantesque financé à hauteur de trois cents millions de dollars, le port sec de Kasumbalesa sera un point de transit pour la sous-région et constituera une sorte de trait d’union entre plusieurs communautés économiques régionales africaines pour renforcer la position de la RDC. Il sera en réseau notamment avec les ports de Dar es salam, Durban et Lobito.  

Il s’agit, comme  l’a indiqué le directeur général de l’Ogefrem, d’une initiative innovante en Afrique subsaharienne avec un terminal connectant à la fois le chemin de fer et les routes. Le complexe gigantesque comprendra, entre autres, une aire de stationnement, des terminaux, des entrepôts, des zones de stockage, un pont bascule et un bureau de dédouanement. À en croire le directeur général Patient Kayiba, le choix porté sur la cité de Kasumbalesa pour ériger cette infrastructure tient à son meilleur emplacement « par rapport à tout autre point d’entrée et de sortie non seulement du pays, mais aussi de toute la région de l’Afrique australe ».  

Avec une capacité d’accueil de trente millions du fret par an et de stationnement de mille cinq cents camions, des aires de repos suffisantes pour les chauffeurs, une capacité de dédouanement estimée à deux mille cinq cents camions par jour et un moyen de traitement de deux heures par camion, il n’y a pas mieux que ce projet dans la région. En outre, la capacité d’entreposage en carburant devrait aller jusqu’à quarante millions des litres, indique-t-on.

Étendu sur une superficie de 62 hectares, le port sec de Kasumbalesa offre, par ailleurs, d’énormes dividendes sur le plan social. Près de cinq mille emplois directs et indirects y sont attendus, « sans tenir compte des autres avantages sociaux qui en résulteront en termes d’urbanisation de la cité, du développement des infrastructures sociales et récréatives, hôpitaux, écoles, routes, foyers sociaux, cercles sportifs et de plaisance, et tant d’autres structures similaires », a indiqué le directeur général de l’Ogefrem.  

Notons que les travaux vont durer trois ans avec possibilité d’achever la première phase du projet endéans les trois premiers mois.

    

 

Légendes et crédits photo : 

Joseph Kabila posant la première pierre

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire