Port en eau profonde de Banana : six cents millions $ pour démarrer les travaux du troisième chantier national

0

La première phase comprend l’aménagement d’un quai de 1 500 mètres sur la côte de l’Océan Atlantique. Le pays dispose d’une entrée de l’océan vers le fleuve, derrière Banana. Par rapport à cette phase, le coût est établi à quelque 600 millions de dollars américains. Depuis le 9 février 2017, le projet « Port en eau profonde de Banana » a pris une nouvelle tournure avec la signature d’un protocole d’accord entre la RDC et Dubaï Ports International (DP World).

Selon nos sources, nous apprenons un consensus autour d’une période de six mois de préparation avant le démarrage proprement dit des travaux. Cette période sera mise à profit pour la signature du contrat de construction. Si l’on parle de 600 millions de dollars pour l’aménagement du quai sur la côte de l’Océan Atlantique, le projet en soi dans sa globalité coûtera 4 milliards de dollars américains. Il s’agit d’un projet qui intègre également la construction d’un chemin de fer de 142 km entre Matadi et Banana, et une route de 114 km reliant Boma et Muanda. Voici quelques chiffres du projet : 2 000 emplois directs et indirects créés, des débouchées énormes pour les entreprises productrices et revendeuses des matériaux de construction, etc. On parle aussi d’une capacité installée de l’ordre de 332 000 containers par an et plus de 1,3 million de tonnes de marchandises chaque année.

La construction du port en eau profonde de Banana est l’un des plus grands projets en quête de financement pour son impact considérable tant sur l’économie nationale que sur le développement du Kongo central. La RDC dispose actuellement de 3 principaux ports : Matadi (le mieux développé, à 150 km de l’océan), Boma (à 90 km de l’océan) et Banana qui donne sur le littoral. L’État espère accorder les garanties nécessaires à ce projet pour trouver un bon investisseur et un bon constructeur. Selon les experts, Banana est le troisième grand chantier de la RDC après Inga III et Zongo II. Le pays est vraiment demandeur d’un terminal plus grand capable d‘accueillir des conteneurs de grande capacité à partir de Banana, à Muanda.

Source : adiac-congo.com

Laisser un commentaire