Politique nationale : douze partis signent le Mémorandum de l’opposition

0

Le texte a été approuvé par douze formations politiques sur treize, le 23 juin à Brazzaville, au cours d’une cérémonie placée sous la houlette de Pascal Tsaty Mabiala.

Le document de plus de cinq pages expose en six points la vision politique, économique et sociale de la composante de l’opposition congolaise que dirige le premier secrétaire de l’Union panafricaine pour la démocratie sociale (Upads).

Ces six points sont : la mise en place d’une bonne gouvernance électorale ; la restauration de l’Etat de droit à travers la décrispation de la situation politique et le respect des libertés publiques ; la mise en place effective de la gouvernance administrative et territoriale ; la résolution définitive de la crise du Pool ; la mise en place d’une gouvernance socioéconomique et financière ainsi que la conclusion d’un Pacte républicain

Dans son discours de circonstance, le chef de l’opposition politique congolaise, Pascal Tsaty Mabiala, a expliqué aux militants des différents partis la nécessité pour cette obédience d’avoir un mémorandum. L’opposition, a-t-il déclaré, a beaucoup péché par manque de projet fédérateur minimal qui sous-tend son action politique.

Dans le même ordre d’idées, il a indiqué que la réorganisation de l’opposition est la résultante des échecs essuyés par les différentes plates-formes de cette famille politique lors du combat pour le respect de l’ordre constitutionnel, en 2015, et même par le passé. « Le moment est arrivé de remettre en confiance le peuple congolais qui a trop souffert de notre incapacité d’influer sur le cours des événements à travers une organisation crédible », a-t-il insisté.

Par ailleurs, le chef de l’opposition a noté qu’en lui consacrant un statut et en lui garantissant les droits que lui confère sa charge, la République a offert à cette obédience les moyens de sublimer le dialogue par-dessus tout, et lui a donné l’opportunité de mieux s’organiser, de mieux s’initier à la gestion des affaires publiques et de s’enrichir de l’expérience pour assurer, avec responsabilité, des destinées du pays lorsqu’elle aura le pouvoir.

C’est ainsi qu’il a invité les amis des autres composantes à les rejoindre pour qu’ensemble, « ils affirment leur unité de pensée et d’action en mutualisant les forces et les énergies afin de donner une impulsion nouvelle au combat pour la démocratie et l’alternance ».

L’orateur a, en outre, émis le vœu de voir les Congolais signer un Pacte républicain qui aura pour ambition de sceller l’appartenance de tous à la nation congolaise afin de poser, a-t-il martelé, les bases du développement et du progrès social.

Cinq autres présidents de parti ont pris la parole, pour la circonstance, et exprimé leur détermination à œuvrer pour l’aboutissement et la défense des engagements contenus dans le présent mémorandum qui, selon eux, demeure ouvert aux partis politiques se reconnaissant de l’opposition.

Les responsables ayant signé le mémorandum sont : Pascal Tsaty Mabiala (Président) ; Paul Aboumangoli (Upads) ; Michel Bouissi Ngouari (MLC) ; Guy Brice Parfait Kolelas(Udh-Yuki) ; Anguios Nganguia Engambé (Par) ; Clotaire Mboussa Ellat (PR) ; Raymond Timothée Makita, Abel Godefroid Bouka ; Christian Mboumba (RPDI) ; Clotaire Dikamouna (Aculp) ; Paul Marie Mpouelé ; Armand Mpourou (DDC). Le seul président de parti  absent est Joseph Kignoumbi Kia Mboungou, dirigeant de la Chaîne.  

 

  

   

 

Légendes et crédits photo : 

Pascal Tsaty Mabiala;
Les membres des partis de l’opposition politique congolaise

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire