Physique : Un professeur genevois remet en question la matière noire

0

La matière noire et l’énergie noire permettent d’expliquer le mouvement des étoiles dans les galaxies et l’accélération de l’expansion de l’Univers. Or, cette approche est remise en question par le chercheur genevois André Maeder.
Le monde de l’astrophysique évoque la matière noire depuis des décennies: il y aurait dans l’Univers plus de matière que celle que l’on peut voir. Cette matière mystérieuse expliquerait notamment les mouvements des étoiles dans les galaxies, et les vitesses de rotation des amas de galaxies.

Les théoriciens avancent aussi l’existence d’une énergie noire, plus forte que l’attraction gravitationnelle: elle serait responsable de l’expansion accélérée de l’Univers.

Mais personne n’a jamais réussi à observer ou à recréer ni l’énergie noire ni la matière noire, que cela soit au CERN ou grâce à des télescopes perfectionnés.

Selon André Maeder, professeur honoraire au département d’astronomie de la faculté des sciences de l’Université de Genève, le modèle communément admis du Big Bang suivi d’une expansion, qui fait appel à la matière noire et à l’énergie noire, serait caduc, car il ne tient pas compte de « l’invariance d’échelle du vide ».

« Les propriétés du vide ne changent pas »

Cette expression signifie simplement que l’on peut se passer de la matière noire: pas besoin d’ajouter artificiellement une masse sombre aux étoiles pour expliquer qu’elles restent comme collées à leur galaxie sans s’éjecter avec la force centrifuge.

Le chercheur genevois a ainsi fait un ajout aux théories d’Einstein, sur la relativité générale, et de Newton, sur la gravité universelle: Ṙλ̇/ Rλ, un terme mathématique qui décrit le vide et ses propriétés. Qu’il soit contracté ou dilaté, ses propriétés ne changent pas: en résumé, le vide, reste le vide.

Du temps pris sur sa retraite

L’ancien directeur de l’Observatoire de Genève, arrivé à la retraite, a décidé de mener des investigations qu’il avait commencées il y a 40 ans. Encouragé par un ami physicien, il a passé dix ans, pendant son temps libre de retraité, à développer des équations, triturer les bases connues et prouvées de la physique d’Einstein, de Dirac et de Newton… et il semble bien avoir fini par élucider deux des plus grands mystères de l’astronomie !

L’hypothèse d’André Maeder ouvre une voie propre à soulever questions et controverses, admet-il. Les premières confrontations de sa théorie avec les observations sont très encourageantes, mais rien n’est jamais acquis, a aussi fait savoir l’astronome.

Georges Meynet, l’un de ses confrères de l’Observatoire de Genève, joint par téléphone par la RTS, explique que si l’hypothèse d’André Maeder est juste, sa démonstration est implacable. Certains soufflent déjà que cette théorie pourrait être digne du Prix Nobel de Physique.

Source : Media Congo

Laisser un commentaire