Pêche artisanale : les pratiquants et autres acteurs encouragés à optimiser le secteur

0

La cinquième réunion du comité conjoint de coordination du Projet d’étude pour l’amélioration de la chaîne de valeurs des produits halieutiques (Pechval) a pris fin le 14 décembre, à Pointe-Noire, par des décisions salutaires pour les pêcheurs artisans.

 

 

Dans le cadre de la mise en œuvre du Pechval, un Centre d’appui à la pêche artisanale a été construit à Pointe-Noire afin de contribuer à la valorisation des produits halieutiques dans un environnement adéquat.  Opérationnel depuis février 2018, il est le premier au Congo. «  Le projet de coopération technique de la Jica (Agence japonaise de coopération internationale), mis en œuvre par une équipe de consultants japonais, en étroite collaboration avec le ministère de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche, est réalisé dans la vision de contribuer à relever les défis à travers la valorisation des produits halieutiques », a dit Korimoto Masaru, réprésentant résident adjoint de la Jica.  

Ce projet constitue un début de solutions aux problèmes qui minent le secteur de la pêche artisanale. « Sur la base de la chaîne d’études de Pechval et des expériences des six projets pilotes, nous avons établi le plan directeur pour l’amélioration de la chaîne de valeurs des produits de la pêche artisanale à Pointe-Noire. Il  est composé de concepts de base indiquant les lignes de base d’amélioration à chaque étape de la chaîne de valeurs pour la réalisation des concepts de base et d’ajouter une feuille de route indiquant les objectifs à atteindre par les axes du temps et des plans d’action pour les mesures d’amélioration à prendre est en cours », a renchéri Takahachi Kuniaki, chef de projet.

En  effet, les plans d’amélioration (concepts de base et objectifs de développement) prévoient l’élimination de toute contamination des produits halieutiques et évitent la perte de fraîcheur ainsi que la baisse de qualité des produits halieutiques; l’augmentation des qualifiés de produits halieutiques de la pêche artisanale distribués par la réduction des pertes; la mise en place d’un système de soutien à l’organisation des associations des acteurs intervenant dans la pêche artisanale et l’élargissement ou le renforcement de l’aide financière; le renforcement des fonctions et des systèmes administratifs de la pêche, notamment ceux liés aux mesures prises pour la gestion de la pêche artisanale. Ces concepts de base sont en lien avec les objectifs de développement que sont la fourniture de produits alimentaires halieutiques sûrs et sains à la population congolaise, la stabilisation de la fourniture de ces produits dans le pays, leur augmentation grâce à la capacité de production de la pêche artisanale et à la stabilité de la gestion financière, la gestion durable des ressources halieutiques.

En louant la coopération Congo-Japon,  Dieudonné Kissiékiaoua, conseiller à la Pêche et l’aquaculture du ministre de l’Agriculture, de l’élévage et de la pêche, a conclu que ce projet intègre la vision du gouvernement dans le secteur de la pêche qui vise l’amélioration des conditions de travail des acteurs du domaine, leur organisation en coopérative, l’amélioration du système de collecte fiable, l’organisation du dialogue public–privé, la formation des pêcheurs dans les métiers de pêche, le long de toute la filière.

 

 

Légendes et crédits photo : 

La tribune officielle / Adiac

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire