Parlement : l’Assemblée nationale approuve le budget 2018

0

Le budget de l’Etat exercice 2018 a été adopté le 17 janvier, à l’unanimité, par les députés. Il est arrêté en ressources à 1 602 milliards 619 millions de francs CFA, en légère hausse par rapport à celui de l’année 2017 établi à plus de 1 500 milliards francs CFA.

Parlement : l’Assemblée nationale approuve le budget 2018Entériné dans un contexte économique particulier et difficile, marqué par la chute drastique des cours de baril du pétrole sur le marché international, le budget 2018 est établi en recettes à la somme de 1 522, 629 milliards FCFA et en dépenses à la somme de 1 303, 629 milliards FCFA. Il prévoit un excédent budgétaire de 219 milliards FCFA.

Ce budget affiche aussi un déficit de trésorerie de 778, 900 milliards FCFA, devant être comblé par l’excédent budgétaire et par l’apport des bailleurs de fonds internationaux. Il  vise cinq grands objectifs principaux, se résumant essentiellement à la réduction du déficit primaire hors pétrole ; la discipline budgétaire et rationalité de la dépense ; l’amélioration des performances des régies financières ; la maîtrise de la politique d’endettement, sa gestion rigoureuse ainsi que le renforcement du système financier.

Conformément aux exigences des institutions financières sous-régionales, il sera aussi question, dans le cadre de l’exécution de ce budget, d’améliorer la politique budgétaire visant l’augmentation significative des recettes intérieures ; la politique monétaire pour améliorer le niveau des réserves de change, mais aussi et surtout la mise en place des réformes structurelles conséquents, devant permettre l’amélioration du climat des affaires dans le pays.

Le budget de l’Etat 2018 prévoit les recettes fiscales de l’ordre de 737, 934 milliards FCFA, dont les impôts et taxes intérieures s’élèvent à 621, 434 milliards FCFA, contre 653 prévus dans le budget 2017, soit une baisse de 31, 566 milliards FCFA.

Les prévisions des recettes des droits et taxes de douanes sont, quant à elles, restées statiques que celles de l’année écoulée, à la somme de 116,500 milliards FCFA.

Les dons et legs devront contribuer à ce budget à hauteur de 29, 200 milliards FCFA. Montant en baisse de 15, 800 milliards FCFA, soit -35,11%, par rapport aux prévisions de l’année dernière, qui s’élevaient à 45 milliards FCFA.

Les recettes pétrolières se chiffrent, pour leur part, à 749, 200 milliards FCFA, dont 741, 200 milliards CFA venant des ventes des cargaisons de pétrole, et 8 milliards FCFA de bonus, soit une nette augmentation de 357, 900 milliards FCFA, sur la base d’une hypothèse de production arrêtée à 117 millions de barils.

Il est prévu dans ce budget quelques chapitres inexistants. Il s’agit notamment d’une ligne de 150 millions FCFA devant revenir au chef de fil de l’opposition, en tant qu’institution, de fonctionner, ainsi qu’un milliard FCFA, prévu pour financer le rapatriement des déplacés du Pool dans leurs villages respectifs.

Pour le ministre des Finances, Calixte Nganongo, le contexte économique reste toujours difficile mais le gouvernement, qui est en négociation avec le Fonds monétaire international, tient à la gestion rigoureuse de ce budget, en attendant que l’économie retrouve ses équilibres.

Légendes et crédits photo : 

Une vue des députés lors du vote du budget (Photo Vox)

Source : adiac-congo.com

Laisser un commentaire