Parlement : Jeanine Mabunda pressentie à la tête de l’Assemblée nationale

0

L’ ancien cadre de la Banque centrale du Congo et ministre du Portefeuille est la candidate du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD) à la présidence de la chambre basse. Elle jouit de la pleine confiance de l’autorité morale du Front commun pour le Congo (FCC), l’ancien président Joseph kabila, qui a donné son quitus à sa candidature.   

Résultat de recherche d'images pour "jeanine mabunda"L’heure est aux tractations en vue de la composition et de l’installation du bureau définitif de l’Assemblée nationale. En attendant qu’un consensus se dégage entre l’opposition et la majorité sur la répartition des postes au sein de l’institution, le FCC, par le biais du PPRD, vient d’annoncer les couleurs en avançant déjà le nom de sa candidate à la présidence de la chambre basse. Ce parti-phare du FCC, dont l’ancien chef de l’Etat, Joseph Kabila, est l’autorité morale, vient contre toute attente de jeter son dévolu sur une femme pour présider aux destinées de l’Assemblée nationale : Jeanine Mabunda. C’est le secrétaire permanent du PPRD, Emmanuel Ramazani Shadary, qui a livré l’information, le 5 avril.

Un signal fort dans le combat pour la parité

Jusqu’à présent, les réactions enregistrées dans les milieux politiques trouvent judicieux le choix opéré par l’autorité morale du FCC. Au niveau de ce regroupement politique, l’optimisme est de mise surtout au regard de la configuration actuelle de l’hémicycle, majoritairement FCC avec le PPRD comme le seul parti politique ayant aligné le plus grand nombre de députés nationaux (cent seize au total). D’où les assurances des responsables de cette formation politique de voir leur candidate passer sans anicroches.

Le vote, dans ces conditions, risque d’être assimilé à une pure formalité, Jeanine Mabunda étant, d’ores et déjà, sûre de l’emporter sans grande peine face à des concurrents réduits à la simple figuration.  En tout cas, pour maints observateurs, l’avènement d’une femme à la tête de la chambre basse du parlement est à décrypter comme un signal fort dans le combat pour la parité Homme-Femme mené au niveau institutionnel où la gent féminine est souvent reléguée aux postes secondaires. En effet, pendant les deux premières législatures de la troisième République, seuls les hommes ont dirigé la chambre basse du parlement. Jeanine Mabunda, si jamais elle était élue à la présidence de l’institution, sera la première Congolaise à atteindre ce niveau de responsabilités. Son élection, pense-t-on, pourrait enclencher un déclic dans l’optique du renouvellement de la classe politique.  

Ancien cadre de la Banque centrale du Congo, Jeannine Mabunda Lioko a successivement occupé les postes de directrice générale du Fonds de promotion de l’industrie et de ministre du Portefeuille, avant d’être nommée par l’ex-président, Joseph Kabila, conseillère spéciale en charge de la lutte contre les violences sexuelles. Elle a également dirigé la Ligue des femmes du PPRD.  Tous ceux qui la connaissent s’accordent sur ses atouts intellectuels et sur sa probité morale. 

Notons, par ailleurs, que sa désignation comme candidate du PPRD à la présidence de l’Assemblée nationale entre en ligne droite des discussions, assorties de concessions mutuelles, que le FCC et le Cap pour le changement (Cach) ont entamées depuis quelques temps. Il en découle que le Cach devrait prendre la première vice-présidence avec Jean Marc Kabund, l’actuel président intérimaire de l’Union pour la démocratie et le progrès social, dont le nom circule. D’autres discussions se poursuivraient encore pour la répartition des provinces à gérer et pour la composition du futur gouvernement, apprend-on.

Légendes et crédits photo : 

Jeanine Mabunda

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire