Paix et sécurité : la vie reprend dans le département du Pool

0

Le 23 décembre 2017, le gouvernement signait un accord de cessez-le-feu et de cessation des hostilités avec la partie rebelle que dirige Frédéric Bintsamou, alias pasteur Ntumi, dans le but de mettre un terme au conflit armé qui sévissait dans le Pool depuis 2016.  Entre-temps, la quiétude générale est revenue dans le département et la vie courante a repris son cours normal.

Pour bien suivre la mise en œuvre des termes de cet accord, une Commission ad hoc mixte et paritaire (Camp) avait été mise en place dirigée par le directeur de cabinet du ministre de l’Intérieur, Séraphin Ondélé. Depuis, la Camp a mené plusieurs activités dans ce département dont la sensibilisation à la paix et le ramassage de plus de huit mille armes et munitions de guerres auprès de 1303 ex-combattants ninjas. L’opération a eu lieu dans les districts de Kinkala, Goma Tsété, Mbanza Ndounga, Mindouli, Kindamba, Mayama, Vindza et dans quelques villages centre situés dans la zone rouge du conflit.

Grâce à cet accord, les déplacés ont regagné massivement leurs milieux et villages respectifs et vaquent librement à leurs occupations. Ce qui  prouve que la vie courante est à nouveau au rendez-vous dans le Pool. L’activité économique a, elle aussi, repris normalement, avec l’appui des partenaires au développement, des ONG et associations qui financent et développent plusieurs projets socioéconomiques dans le département.

Parmi ces partenaires, on peut citer le Programme des Nations unies pour le développement ; les ambassades du Japon et celle des Etats-Unis d’Amérique ainsi que la Fondation Perspectives d’avenir qui financent plusieurs projets dans le domaine de l’agriculture. L’objectif étant de permettre à la population meurtrie, depuis des années par des guerres à répétition, de s’intégrer socialement afin qu’elle vive dignement en réduisant leur précarité. L’ambassade des Etats-Unis, par exemple, finance actuellement la rénovation d’environ deux cent cinquante étangs piscicoles au profit des paysans démunis du Pool. A Mindouli, soixante étangs de grandes capacités sont actuellement en train d’être réhabilités en faveur de douze groupements d’intérêt économique (Giec).

L’ambassade finance en même temps des activités maraîchères au bénéfice de ces groupements. « Depuis que nous avons subi les évènements dans le département, nous vivons très difficilement. Ce projet vient nous réconforter, nous donner un nouvel espoir et nous permettra de gagner notre vie », s’est réjoui Gabriel Miassouka, un membre de l’un des groupements économiques de Mindouli, rencontré le 13 août, lors d’une visite d’inspection des étangs, initiée par l’ambassadeur des Etas-Unis au Congo, Todd Haskell. On retient aussi, dans le lot, la Fondation Perspectives d’Avenir qui, pour sa part, pilote présentement le Programme d’appui à la relance de la productivité agricole (Parpa) au profit de deux mille paysans démunis du département du Pool. Ce programme est dédié spécifiquement à la production de haricot afin de les aider à sortir de la précarité.

 Ntumi toujours dans la forêt, sa sortie conditionnée par la publication de son statut

Bien que la vie ait repris dans le Pool, fruit de cet accord, mais l’ex-chef rebelle demeure toujours dans la forêt. Sa sortie officielle n’est toujours pas à l’ordre du jour et les gens s’interrogent. Dans le cercle du pasteur, l’on soutient qu’avant qu’il ne sorte, le chef de l’Etat devrait avant tout publier son statut social, question de rassurer l’opinion nationale et internationale.  « Nous sommes d’avis que le pasteur Ntumi sorte de la forêt afin qu’il vaque librement à ses occupations. Mais nous voulons seulement que son statut social soit publié en amont fin que l’opinion nationale et internationale soit rassurée, pour que les inquiétudes des uns et des autres soient apaisées », indiquait Ulrich Yindoula, le représentant spécial de Ntumi aux échanges intra-communautaires départementaux du dialogue organisés du 12 au 13 juin à Kinkala. Malgré tout, le processus de pacification se poursuit normalement et les ex-combattants attendent impatiemment, dans le calme, leur réintégration sociale.

Légendes et crédits photo : 

1-Des jeunes de Louingui bénéficiaires du projet Parpa/Photo adiac
2-Les groupements agricoles de Mindouli ayant bénéficié de l’appui financier de l’ambassade des Etats-Unis pour rénover les étangs/Photo Adiac

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire