Ouverture d’enquête contre Clément Kanku : Acaj rappelle au PGR d’autres affaires restées pendantes

0

Il s’agit, selon cette ONG, de celles relatives à Panama papers ; des détournements de fonds publics à la BGFI Bank et des passeports.

L’association congolaise pour l’accès à la justice (Acaj) a dit prendre note de l’annonce faite par le Procureur général de la République (PGR) de l’ouverture d’une enquête sur les révélations du quotidien américain New York Times impliquant le député Clément Kanku dans les exactions commises aux Kasaï.

Dans un communiqué du 24 mai 2017 y relatif, l’ONG rappelle au PGR, la nécessité d’enquêter aussi sur les révélations faites par les mêmes médias, il y a plusieurs mois, sur les panama papers, les détournements de fonds publics à la BGFI Bank et des passeports. « Le PGR a l’obligation légale de mener des enquêtes indépendantes et exhaustives sur toutes les révélations de détournements, corruption et blanchiment des capitaux et de poursuivre devant les cours et tribunaux, surtout ceux qui en portent la plus haute responsabilité », a déclaré le président de l’Acaj, Me Georges Kapiamba, cité dans ce communiqué. Ne pas agir, a conclu ce juriste, c’est commettre une abstention coupable et gravement préjudiciable à la nation.

Acaj a, en effet, rappelé que les Panama papers désignent la fuite de plus de 11,5 millions de documents confidentiels issus du cabinet d’avocats panaméen Mossack Fonseca, détaillant des informations sur plus de 214 mille sociétés offshore et les noms des actionnaires de ces sociétés. Parmi eux se trouvent notamment des hommes et des femmes politiques de la RDC, soupçonnés d’avoir commis des actes de détournement et blanchiment de capitaux. Alors que les 29 et 30 octobre 2016, le journal belge « Le Soir » paru sous n° 254 a révélé les noms de plus hauts responsables de la Céni, de la Banque Centrale et de la Gécamines qui auraient joué un rôle indispensable dans la corruption, le détournement des fonds publics à la BGFI Bank.

L’Acaj avait, en son temps, prié le PGR d’y enquêter suivant sa lettre n° 81/ACAJ/PN/GN/2016 du 31 octobre 2016. Aussi, le 19 avril 2017, cette ONG a prié le PGR, par sa lettre n° 32/ACAJ/CP/VK/2017, d’enquêter sur les révélations faites par l’Agence Reuters sur les détournements relatifs à la vente de passeports congolais.

Source : adiac-congo.com

Laisser un commentaire