Opposition : vers une grande coalition MLC-UDPS-Rassemblement

0

L’enjeu majeur de la manœuvre politique est de lever de grandes options pour le pays et accélérer le processus de l’alternance au sommet de l’Etat.  

Ayant longtemps évolué en ordre dispersé sans grand résultat, l’opposition RD-congolaise a finalement compris l’intérêt, pour elle, d’unir ses forces, dans le cadre d’une large coalition politique susceptible de faire le poids face à une majorité présidentielle bien en place. En tout cas, la dynamique fédératrice des forces de l’opposition est en train de se mettre progressivement en place, depuis le dernier passage à Kinshasa de l’ambassadrice américaine à l’ONU, Nikki Haley. Les ténors de l’opposition ont, à l’occasion, mis en sourdine leurs divergences en présentant à l’officielle américaine un cahier de charges unique reprenant l’essentiel de leurs revendications.

On a vu le tandem Félix Tshisekedi-Pierre Lumbi (Rassemblement) s’afficher aux côtés d’Eve Bazaïba (MLC) et de Vital Kamerhe (UNC). Pourtant,  chacune des forces politiques qu’ils représentent a sa propre idée sur l’alternance et sur l’éventualité d’une « transition sans Kabila » qui, actuellement, fait polémique.

L’audience avec Nikki Haley s’est révélée déterminante dans l’émergence de l’idée de la constitution d’une grande coalition de l’opposition pour accélérer le processus de l’alternance. Dans la foulée, l’appel à la création d’une « coalition » des forces sociales et de responsables politiques afin de revendiquer l’alternance. Cet appel lancé par Jean-Pierre Bemba, depuis sa cellule de la Haye, n’a fait que booster l’élan unificateur de l’opposition qui, déjà, se mettait en place. L’initiative du leader du MLC (Mouvement de libération du Congo) a eu un écho favorable auprès d’autres partenaires de l’opposition parmi lesquels l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS).

Ce parti-phare de l’opposition radicale est prêt à faire front avec le MLC pour recadrer le processus électoral en le ramenant aux prescrits de l’accord de la Saint-Sylvestre « en vue de barrer la route à Joseph Kabila arrivé à la fin de son second et dernier mandat constitutionnel ». Et si transition il y a, elle se fera sans ce dernier, selon ces deux partis politiques plus que jamais déterminés à en découdre avec les tenants actuels du pouvoir de l’Etat. C’est dans cette optique que le secrétaire général adjoint de l’UDPS et président du Rassemblement /Limete, Félix Tshisekedi, a effectué, le 7 novembre dernier, un déplacement à la Haye pour échanger avec Jean-Pierre Bemba. La rencontre entre les deux personnalités a effectivement eu lieu avec, pour enjeu majeur, la mise en place des stratégies visant à arracher le pouvoir à la majorité présidentielle kabiliste.

Rien n’a filtré de cette entrevue. L’on sait toutefois qu’elle a posé les jalons de la grande coalition de l’opposition en gestation. « J’ai rencontré Jean-Pierre Bemba à la Haye. Ce qui s’est dit entre nous est confidentiel. Tout ce que je peux vous dire, c’est qu’il est de cœur avec nous. Il a instruit son parti de travailler avec nous », s’est juste contenté de dire Félix Tshisekedi.

Qu’à cela ne tienne. Plus qu’hier, le contexte politique actuel exige aux acteurs de l’opposition de consolider leurs liens pour créer un front uni, susceptible de déblayer le terrain en prévision de l’alternance politique qu’ils réclament à cor et à cri.      

 

Source : adiac-congo.com

Laisser un commentaire