Opposition : Antipas Mbusa Nyamwisi annonce son retour avant le 30 juin

0

Le président du Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD/KML), en exil depuis 2012, dit avoir obtenu des garanties auprès du chef de l’État, Félix Tshisekedi, de ne pas être arrêté à son arrivée.

Depuis quelques temps, il s’observe un mouvement de retour des exilés politiques. L’environnement mis en place par le nouveau pouvoir qui prône une large ouverture politique explique, en grande partie, cette effervescence remarquée dans le chef des opposants en exil à l’idée de rentrer dans leur pays.

Sindika Dokolo, le coordonateur du mouvement citoyen « Les Congolais débout » séjourne déjà à Kinshasa et Jean-Pierre Bemba, un des six leaders de « Lamuka », la plate-forme ayant porté la candidature de Martin Fayulu à la présidentielle, annonce lui son retour dans les prochains mois. Entre-temps, Moïse Katumbi, un autre leader de ce regroupement politique, est en passe d’atterrir dans son fief de Lubumbashi. Son retour est programmé pour le 20 mai. Le décor est déjà planté pour que l’accueil soit à la hauteur de l’ancrage populaire dont jouit le président d’Ensemble pour le changement dans le Haut Katanga.

Chaque Congolais appelé à contribuer au développement du pays

Signe d’une décrispation politique dans le pays, c’est au tour d’Antipas Mbusa Nyamwissi, un autre cadre de Lamuka, d’annoncer son retour et ce, avant le 30 juin . Le président du RCD/KML est de ceux qui avaient contesté l’élection de Félix Tshisekedi à la magistrature suprême. Un détail que minimise l’actuel chef de l’Etat, plus préoccupé par son ambition de rendre effective cette décrispation de sorte que, dans une synergie collective, chacun puisse mettre la main à la pâte pour contribuer au développement du pays. Dans une récente interview accordée à la presse internationale, celui qui passait pour l’irréductible opposant à Joseph Kabila a indiqué avoir eu toutes les garanties sécuritaires nécessaires de l’autorité suprême du pays qu’il ne sera pas arrêté à son retour en République démocratique du Congo (RDC). Cet ancien chef de guerre a, en outre, affirmé être en possession de son passeport et rien, à ce stade, ne peut contrecarrer son retour au pays.

Influent dans  la région du « Grand Nord » (Beni, Lubero, Butembo) de la province du Nord-Kivu où le virus Ebola sévit depuis août 2018, en plus de l’activisme des groupes armés ADF, FDLR et Maï-Maï, Antipas Mbusa Nyamwisi promet sa contribution à la normalisation de la situation dans cette partie du pays. « Je ne peux plus attendre. Je dois venir contribuer aux efforts pour l’éradication du virus Ebola, les groupes armés et, pour ça, je ne peux pas attendre, je vais rentrer avant le 30 juin », s’est-il empressé de déclarer.

A noter, par ailleurs, que cette évolution est à mettre au compte des échanges très poussés que l’ancien chef de guerre avait régulièrement eus avec les délégués de l’actuel pouvoir. En plus d’avoir personnellement rencontré Félix Tshisekedi à Nairobi, au Kenya, alors que ce dernier était en mission officielle dans la région, Antipas Mbusa Nyamwisi a maintenu le contact avec l’entourage du président de la République et peut se réjouir du dénouement heureux de son dossier.

Légendes et crédits photo : 

Mbusa Nyamwisi

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire