Nouvelles brèves

0

Togo

Le président togolais, Faure Gnassingbé, a réitéré, le 3 janvier en présentant ses vœux de Nouvel An, sa volonté de « dialoguer » avec l’opposition pour mettre fin à la crise politique et sociale qui agite le pays depuis septembre dernier. Après des mois de contestation populaire pour demander sa démission, menée par quatorze partis d’opposition, le parlement souhaite soumettre au peuple un projet de révision de la Constitution qui prévoit une limitation à deux du nombre de mandats présidentiels. Toutefois, cette réforme n’est pas rétroactive, ce qui permettrait au président Gnassingbé, qui a succédé en 2005 à son père après trente-trois ans au pouvoir, de se représenter en 2020 et 2015. L’opposition rejette cette réforme et se mobilise depuis septembre, organisant des manifestations quasi hebdomadaires.

Tchad

Les salaires du personnel des départements ministériels et des institutions de l’Etat en 2018 seront rabattus de 5% pour les fonctionnaires qui touchent 60 000 F CFA ou moins, de 15% pour ceux qui gagent de 60 001 à 100 000 F CFA, de 20% pour ceux qui sont payés plus 100 000 F CFA, de 25% pour un salaire supérieur à 200 000 F CFA, de 30 % pour un salaire supérieur à 300 000 F CFA, de 35% pour un salaire supérieur à 400 000 F CFA, de 40% pour un salaire supérieur à 500 000 F CFA et de 45% pour un salaire supérieur à 1 000 000 F CFA. Selon les sources du comité technique du dialogue social, il ne reste qu’un décret d’application de cette mesure d’austérité pour permettre au gouvernement tchadien de faire face à la crise financière et économique que traverse le pays. Les travailleurs, quant à eux, menacent de descendre dans la rue si le gouvernement arrive à appliquer cette mesure.

Nigeria

Après l’attaque d’une base militaire, au moins trente soldats sont toujours portés disparus. L’attaque qui a fait cinq morts a été perpétrée dans l’Etat de Yobe (nord-est du Nigeria) pendant le week-end de Noël. Des combattants de Boko Haram, groupe jihadiste nigérian, ont mené un raid sanglant sur la caserne du village de Kanamma, à la frontière avec le Niger, provoquant un long échange de tirs et même l’intervention des forces aériennes. Cette attaque survient alors que le groupe jihadiste, divisé en deux factions adverses, a redoublé de violences ces deux derniers mois et mène des raids, des tueries et des attentats de manière quasi-quotidienne depuis le week-end de Noël.

Soudan

Le ministère soudanais des Minéraux a annoncé que le pays avait produit plus de cent tonnes d’or en 2017, pour une valeur d’environ quatre cents millions de dollars, ce qui équivaut aux revenus pétroliers du pays avant la séparation d’avec le Soudan du Sud. Quatre-vingts tonnes d’or avaient été produites par le secteur minier traditionnel. Le ministère travaille actuellement à lever les éléments qui font encore obstacle aux investissements dans le secteur des mines d’or et à lutter contre la contrebande de cette matière première. Depuis qu’il a perdu les trois quarts de ses revenus pétroliers après la sécession du Soudan du Sud en 2011, le Soudan cherche à faire des mines d’or une de ses principales sources de devises étrangères.

Niger

En dépit de tous les défis auxquels fait face le Niger, liés notamment aux problèmes sécuritaires et à l’évolution défavorable des cours des matières premières, le gouvernement a renforcé la stabilité macroéconomique du pays. Le Niger a enregistré, en 2017, un taux de croissance estimé à 5,2%, avec un taux d’inflation maintenu en dessous de 3%. Producteur de pétrole depuis 2012, le Niger dispose actuellement d’une industrie pétrolière complète, produisant un pétrole de haute qualité. Ainsi, la production qui tourne actuellement autour de vingt mille barils par jour, pour un besoin national estimé à sept mille barils, passera à cinq millions de tonnes par an au cours de la deuxième phase de l’exploitation qui va démarrer prochainement. En mai dernier, cinq nouveaux gisements importants d’or noir et d’autres de moindre importance ont été découverts.

Libye

Un porte-parole de l’armée libyenne a rapporté que la guerre contre le terrorisme à Benghazi, dans l’est du pays, a causé la mort de plus de cinq mille soldats. L’armée a annoncé avoir pris le contrôle de l’ensemble de la zone de Sidi Ekhrebish, dans le centre de Benghazi, qui était le dernier bastion terroriste de la ville, à l’issue d’opérations qui ont duré plus de cinq mois. Benghazi, deuxième plus grande ville de Libye et lieu de départ du soulèvement de 2011 qui a renversé l’ex-dirigeant Mouammar Kadhafi, a été le théâtre d’un conflit de trois ans opposant l’armée dirigée par le général Khalifa Haftar à des groupes extrémistes. En décembre 2015, les forces alliées au gouvernement libyen, soutenu par les Nations unies, ont vaincu l’EI et ses mouvements affiliés et les ont expulsés de Sirte. Depuis, les combattants de l’EI survivants ont fui vers les régions de vallées et de montagnes du sud du pays.

Angola

L’ambassadeur russe en Angola, Vladimir Tararov, a déclaré qu’avec le satellite angolais Angosat-1 en orbite, le pays fait désormais partie du club des puissances spatiales de la communauté internationale. Dans une note distribuée à la presse, le diplomate russe a confirmé que tous les composants d’Angosat-1 fonctionnent comme prévu. Il a ajouté qu’avec Angosat-1, les Angolais accèderont aux technologies satellitaires de pointe pour la télévision numérique ainsi qu’aux services Internet pour l’éducation à distance et la télémédecine, entre autres. Le diplomate russe a souligné que la hausse du flux d’information avec Angosat-1 renforcera également le développement du pays avec un accent mis sur l’industrie, les services bancaires et le potentiel de défense du pays.

 

 		
Nouvelles brèves

Source : adiac-congo.com

Laisser un commentaire