« Nous faisons face à un terrorisme qui s’attaque au petit peuple »

0

Une dizaine d’hommes armés de couteaux et de machettes ont fait irruption, le vendredi dernier, sur le marché central de Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo, tuant au moins deux personnes et blessant six policiers. Les assaillants n’ont pas été identifiés, mais des témoins ont rapporté qu’ils portaient des bandeaux rouges et des amulettes, comme le font parfois les membres de la secte Bundi dia Kongo, du député Ne Muanda Nsemi, à la base d’une vaste attaque commise en mai contre la prison de Makala.

Joint au téléphone ce lundi par POLITICO.CD, le Porte-parole du gouvernement, le ministre Lambert Mende, affirme pour sa part qu’il s’agit désormais d’une menace terroriste. « C’est un acte terroriste qui a frappé ce qu’on appelle communément le petit peuple. Le marché de Kinshasa n’est fréquenté ni par les politiciens, ni par les hommes d’affaires de très haut niveau, c’est vraiment le petit peuple » regrette le ministre congolais de la Communication et des Médias.

Pour lui, l’objet de l’attaque ne peut être autre que la volonté de vouloir créer la psychose au sein de la population. « Aller tuer cette pauvre dame qui gère le marché de Kinshasa, c’est vraiment abjecte. On ne voit la tendance à vouloir semer la terreur dans les esprits de populations qui peut expliquer cet acte odieux« , dit-il.

Lambert Mende n’a toutefois pas pu dire si le gouvernement attribue cette vague d’attaques, qui touche essentiellement les bureaux de la police à Kinshasa, aux adeptes du député Ne Muanda Nsemi.

« Nous avons arrêté un des assaillants et nous continuons des enquêtes. Soyez certains qu’il sera sanctionné. Si nous découvrons que derrière eux, il y a des réseaux qui impliquent des personnes qu’elles soient congolaises ou étrangères, quelque soit leur rang social, soyez certains qu’ils seront arrêtés, déférés devant la justice, jugés et condamnés sévèrement », ajoute le ministre.

Source : Politico CD

Laisser un commentaire