Nord-Kivu : une équipe de la Banque mondiale à Goma

0

La délégation a séjourné dans la localité, du 12 au 17 juin, dans le cadre de l’appui à la mise en œuvre du Projet d’amélioration de la sécurité à l’aéroport de Goma (Pasag) et du Projet d’amélioration de la capacité de la République démocratique du Congo (RDC) à gérer, surveiller et réagir aux risques naturels dans ladite région (GFDRR).

La mission a été conduite par le chargé des Projets, Tojoarofenitra Ramanankirahina. L’objectif, selon la Cellule d’exécution du projet de transport multimodal (CEPTM–Pasag), était de faire le suivi des recommandations issues de la revue à mi-parcours (19 novembre – 2 décembre 2018), en particulier concernant la nécessité de hiérarchiser les activités du projet. Il s’agit, d’une part, de rester dans l’enveloppe disponible et, d’autre part, de prendre en compte les dix mois restants avant la clôture du projet. Plus généralement, il était question d’évaluer les progrès du projet en termes de décaissements, de sauvegarde sociale et environnementale, et de la réalisation des objectifs de développement des deux projets.

L’équipe de la Banque mondiale représentée par Jean-Christophe Carret a été reçue par le gouverneur par intérim de la province du Nord-Kivu, Feller Lutayichira Mulwahale. Les questions sur l’état d’avancement de la mise en œuvre du projet ont été passées en revue. Ce qui n’a pas manqué de susciter la satisfaction du gouverneur pour qui l’aéroport de Goma demeure un point véritablement stratégique pour le développement de la région des Grands Lacs.

La mission a revu, avec le représentant du ministère des Transports et communications, le représentant de l’Autorité de l’aviation civile, le directeur général de la Régie des voies aériennes et la CEPTM-Pasag, l’état d’avancement et de planification des travaux de la piste, du tarmac, de la tour de contrôle, de la centrale électrique, de construction de la clôture, du drainage de la plate-forme aéroportuaire et la problématique de la certification de cet aéroport.

Avec l’Observatoire volcanologique de Goma (OVG) et la Protection civile, elle a passé en revue la mise en œuvre des activités sous le financement du don japonais, dans le cadre du GFDRR. Cependant, la mission a évalué la mise en œuvre des mesures de sauvegarde sociale et environnementale, notamment les actions recommandées par les missions de la Banque mondiale effectuées au projet Pasag, entre novembre 2018 et mai dernier. A la fin, un projet d’aide-mémoire reprenant les conclusions principales de la mission sera remis au gouvernement. L’équipe de la Banque mondiale prévoit également une réunion de restitution  à Kinshasa avec le vice-Premier ministre, ministre des Transports et communications.

Le Paasag, note-t-on, est un projet du gouvernement congolais financé par la Banque mondiale. Il a pour objectifs d’améliorer la sécurité, la sureté et les opérations de l’aéroport international de Goma; la capacité de l’OVG à gérer, surveiller et réagir aux risques naturels dans la région de Goma.

Légendes et crédits photo : 

Les agents de la Banque mondiale visitant des engins commis aux travaux de réhabilitation de la piste de l’aéroport de Goma

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire