Nono Berocan: « certains députés de l’opposition confondent une lettre de remerciement à une attestation de fin de service « 

0

La lettre d’Aubin Minaku a créé une véritable psychose auprès des élus congolais dont certains sont allés jusqu’à affirmer que le président de l’Assemblée nationale voulait mettre fin à leur service. « Le président Minaku vient de mettre fin a nos services…Désormais, même nos émoluments ne seront plus payés. Seuls ceux qui ont plus de 55 ans auront droit à recevoir une pension de retraite appelée SESOPA.  » clamait le député Jérôme Lusenge, élu de Lubero sur les ondes de la radio TOP Congo à Kinshasa.

Nono Berocan: « certains députés de l’opposition confondent une lettre de remerciement à une attestation de fin de service « Le député Nono Berocan Keraure, Rapporteur de l’Assemblée nationale explique la réalité de cette lettre à POLTIICO.CD.

Politico.cd : Honorable Berocan, plusieurs de vos collègues ont annoncé que le Président Aubin Minaku leur aurait signifié la fin de leurs services à travers une lettre, qu’en est il au juste ?

Honorable Berocan: Des pures faussetés ! Madame, je vais vous donner la lettre qui n’est qu’une simple expression de la gratitude du Président à ses collègues et qui exalte le travail accompli ensemble ces cinq dernières années, dont les 180 lois adoptées et promulguées et l’amélioration du contrôle parlementaire dont nous reconnaissons les faiblesses.  Cette lettre encourage les élus à redoubler les efforts pour le temps qui nous reste à faire.

Ce n’est pas une attestation et même les mots « fin de service » ne s’y trouvent nulle part !

Je voudrai même que vous puissiez la publier pour prouver l’énormité de ce qui se raconte !

Peut on donc dire que c’était une fausse alerte ?

Tout à fait !  Vous savez, dans le monde politique il y a des pièges à tous les coins de la rue et, depuis un certain temps, tout ce que fait notre président est interprété et utilisé dans le mauvais sens par certains.
Il y a une incroyable tendance à l’intoxication.

Devons-nous alors être sûrs que le Parlement va continuer à travailler normalement ?

Mais bien entendu! Sinon qui va voter le budget ? Qui va investir le Gouvernement ? Qui va le contrôler ? Qui va doter le processus électoral des normes ? Qui va défendre le peuple et qui va adopter la loi sur le CNSA ?
Soyez rassurée, madame : dans le strict respect de la Constitution et de l’accord du 31 décembre 2016, tous les élus restent en place pour être le moment venu être remplacés par d’autres élus au terme des élections que nous attendons tous.

Que dites vous au peuple qui était dans la confusion ?

Qu’ils soient tranquilles et ne tombent pas dans le piège de l’intoxication car nous sommes à leur service.
Aujourd’hui nous allons assister à la signature de l’arrangement particulier et la loi sur le CNSA sera examinée incessamment.

Propos recueillis par Aline Engbe

Source : Politico CD

Laisser un commentaire