Noël Tshiani obtient le passeport biométrique tout en dénonçant la procédure

0

C’est au Ministère des Affaires Etrangères de la RDC à Kinshasa que Dr. Noël K. Tshiani s’est rendu en personne pour obtenir son passeport biométrique en remplacement de son passeport semi-biométrique dont la validé allait jusqu’en décembre 2020. 

Ce banquier international dénonce, à cette occasion, les manœuvres des officiels congolais qui font du passeport congolais une affaire commerciale plutôt qu’un service public. Il constate, par ailleurs, que pendant les vingt dernières années, les passeports sont annulés et remplacés par l’Etat congolais en moyenne tous les deux ans alors que leur validité est supposée être de cinq ans.

Chaque fois qu’un passeport est retiré de la circulation avant la date d’expiration, c’est le détenteur du passeport qui en paie le prix car, étant forcé de payer pour un nouveau passeport. Pour ce qui est du nouveau passeport biométrique, Noël Tshiani estime que la totalité des frais de son acquisition devrait être faite à la charge de l’Etat émetteur pour ne pas pénaliser le peuple.

Il considère que la décision récente du Ministre des Affaires Etrangères de faire payer cent dollars aux détenteurs du passeport semi-biométrique encore valables pour l’acquisition du passeport biométrique n’est pas une solution acceptable au vu de la pauvreté dans le pays, le niveau du chômage de masses, et la mauvaise gouvernance généralisée dans le pays.

Constat d’inefficacité de l’Etat

Kinshasa est une ville de 12 à 15 millions d’habitants. Le centre de livraison de passeport se trouve au rez-de-chaussée du bâtiment du Ministère des Affaires Etrangères. Ce centre est le seul pour la ville de Kinshasa. Il faut y aller pour voir combien de personnes y perdent leur temps pendant toute une journée sans être servi par les agents et fonctionnaires du Ministère. La présence de toutes ces personnes nombreuses en ligne, en train d’attendre leur tour pour arriver au centre de capture des données identitaires, témoigne de l’inefficacité du système de livraison des passeports en RDC, d’après Noël Tshiani. 

Pour combattre la corruption et améliorer la qualité des services publiques, il est recommandable, estime Dr. Noël Tshiani, d’ouvrir une dizaine de centres de services des passeports dans la ville de Kinshasa, et de deux à cinq centres dans chacune des provinces de la RDC. Ces centres pourraient servir des centres permanents pour la livraison d’autres pièces d’identité telles que la carte d’électeur. 

L’auteur du Plan Marshall pour la Reconstruction de la RDC estime que le coût du passeport Congolais est exagérément élevé à cause de la multiplicité des intermédiaires. L’Hôtel de Monnaie de la Banque Centrale du Congo était conçu pour produire sur place les imprimés de valeur tels que les passeports, les billets de banque, les permis de conduire, les timbres fiscaux, les quittances fiscales, etc. Ne pas faire usage de l’Hôtel de Monnaies pour importer ces imprimés de valeur de l’étranger est sujet à réflexion. Et, à ce sujet, Noël Tshiani entend mettre fin à cet état de chose dès son accession à la magistrature suprême de la République après la présidentielle en RDC. Ce,  dans le cadre de la lutte acharnée contre la corruption et les antivaleurs.

Pour Noël Tshiani, la production locale des imprimés de valeur permettrait de créer du travail pour les congolais au Congo. Ainsi, faut-il éviter de transférer des emplois à l’étranger, et d’augmenter le coût notamment des passeports aux consommateurs et usagers. Un Etat souverain, insiste-t-il, devrait mettre en pratique ces idées devant contribuer à assainir le climat social et contribuer à l’amélioration du pouvoir d’achat du citoyen.

Source : Media Congo

Laisser un commentaire