Musique : « Nakendaki mobembo » de Hardi-Vins Bona sur le marché

0

L’opus contient dix chansons, dont le titre phare est « Nakendaki mobembo ». Présentement, l’artiste est en phase de réalisation des clips.

 Hardi-Vins Bona vient de mettre sur le marché de disque un opus de dix titres. Il s’agit de La force tranquille ; Mère Clotilde ; Meridio ; Na kendaki mobembo ; Bolingo ya mbongo ; Amour Lauriane ; Ericia Sayimine ; Jolie comme Maria ; Caroline Mariam et Sans famille.

En attendant la finition totale des clips, les mélomanes de tous bords peuvent déjà savourer sa musique sur YouTube avec des vidéos des chansons comme Sans famille et Nakendaki mobembo.

Artiste doté d’une voix douce, ce fils du quartier Mawata, à Pointe-Noire où il est né, est décidemment sur les traces des grands. Son style musical s’apparente à celui des grands ou mieux est à cheval entre deux générations, celle des années1980 et celle de nos jours.

En effet, Hardi-Vins Bona a été influencé par des artistes tels que Papa Wemba, Défao, Bozi Boziana et Koffi olomide. La chanson Caroline Mariam qu’il a composée pendant qu’il était dans le coma sur son lit de l’hôpital, à l’époque où il était encore jeune lycéen, en classe de première, en est une belle illustration. C’est maintenant qu’il vient de le mettre sur support.

« Je viens sur le marché du disque avec des thèmes et des mélodies que, j’espère, seront appréciés favorablement par toutes les couches sociales. La plupart de ces chansons sont romantiques. J’ai ramené les mélomanes dans les vieux souvenirs des années 1980 avec la danse »Tchiamba batila » des sapeurs que Papa Wemba avait mise en exergue », déclare ce parolier de la chanson.

Nakendaki mobembo est le deuxième opus de Hardi-Vins Bona, après celui lancé en 1996 qui a été porté par la presse musicale de la Côte-d’Ivoire, alors qu’il était étudiant à l’Ecole nationale supérieure de la statistique de l’économie appliquée, à Abidjan.

Le titre phare est une histoire des hommes qui voyagent mais ne reviennent plus rejoindre leurs épouses, parce que mariés à l’étranger ou encore, une fois revenus au pays, trouvent leurs femmes dans les bras des autres.

Signalons que cet album, enregistré au studio DM Records, a connu la participation de certains grands noms de la nouvelle génération de la musique congolaise, tels que Setho, Kerson, Papy Bastin, Six vitesses, Thierry, Walo Bostino Boss ( imitant Debaba), Bobocha Jaguar (de l’orchestre Dolisiana), Masaki, Espe Bass et de l’animation de Zaparo de guerre (animateur de l’orchestre Extra-musica).

Légendes et crédits photo : 

Photo : L’artiste Hardi-Vins Bona

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire