Mondial 2018 : la RDC passe in extremis à côté de la qualification

0

C’est officiel. Les Léopards ne prendront pas part au rendez-vous planétaire de l’année prochaine. Certes, ils ont fait le boulot, le 11 novembre à Kinshasa en dernière journée des éliminatoires contre le Syli national de la Guinée, mais ils n’avaient plus leur destin en main.

 

Mondial 2018 : la RDC passe in extremis à côté de la qualificationAu stade des Martyrs, Florent Ibenge a aligné une bonne équipe malgré d’importantes absences. Matampi VumiLey a gardé les perches, avec devant lui une défense à plat constituée de Djo Issama Mpeko à droite, Glody Ngonda à gauche, Marcel Tisserand et Wilfried Moke Abro dans l’axe. Chancel Mbemba, Jacques Maghoma et Neeskens Kebano ont formé le milieu de terrain. Junior Kabananga, Firmin Mubele et Jonathan Bolingi dans l’axe ont constitué la ligne d’attaque des Léopards.

Moussa Traoré a gardé les perches guinéennes et dans le champ, Ibrahima Condé, Guy-Michel Landel, Ibrahima Conté, Ousmane Sidibe, Issiaga Sylla, Ousmane Baldé, Jose Kante, Abdoulaye Sadio Diallo, Alkhaly Bangoura et François Kamono. Le joueur de Bordeaux a arboré le brassard de capitaine à l’absence du leader technique de l’équipe, Naby Keita de Leipzig, suspendu pour cette rencontre à la suite de son expulsion lors du match à domicile contre la Tunisie.

La RDC a ouvert la marque sur un but contre son camp d’Ousmane Sidibe, à la 61e minute, avant l’égalisation à la 71e minute par Keita Karamokoba. Mais Bolingi a redonné l’avantage aux Léopards à la 90e minute, avant le coup de grâce de Neeskens Kebano à la 90+3e minute. Le joueur de Fulham a été phénoménal dans l’entrejeu. L’on note les entrées de Jeremy Bokila à la place de Mubele à l’heure de jeu, de Lema Mabidi à celle de Jacques Maghoma à la 69e minute, et de Yeni Ngbakoto -qui jouait son premier match officiel avec les Léopards-, à la place de Junior Kabananga à la 83e minute. La RDC termine donc les éliminatoires à la deuxième position, avec un total de 13 points, à une petite mais ultime longueur de la Tunisie (14 points).

Pour Florent Ibenge, les Léopards ont démarré de manière poussive, faibles moralement, se disant déjà éliminés. Il a fallu remettre le moral pour enfin inscrire le but. Malgré l’égalisation, ils sont restés concentrés jusqu’à la fin de la partie réussissant à inscrire les deux buts de la victoire dans les toutes dernières minutes du match. Pour le sélectionneur, la charge émotionnelle a été le problème de son équipe contre la Tunisie à Tunis, et surtout à Kinshasa, alors que les Léopards étaient même sur le point de mener jusqu’à trois buts à zéro. Mais après avoir dominé par deux buts à zéro, ils se sont fait remonter jusqu’à deux buts partout. C’est donc au niveau de la charge émotionnelle qu’il faudra travailler la combativité de l’équipe. Il a indiqué aussi que le résultat négatif de la Guinée à domicile contre la Tunisie (1-4) en cinquième journée a été défavorable pour la RDC qui, cependant, s’est imposée face à la Libye à Monastir. C’est la même Libye qui vient de tenir en échec la Tunisie en dernière journée.

Ibenge…

L’on rappelle qu’Ibenge avait été chargé, lors de son arrivée à la tête du staff technique national, de qualifier la RDC à la phase finale de la Coupe d’Afrique des nations. Mais la qualification à la Coupe du monde Russie 2018 a été son ambition personnelle. Et la sélection est passée très près de ce graal. La question de son sort est de plus en plus posée dans l’opinion sportive nationale à la fin de ces qualifs pour le Mondial russe. Ibenge doit-il partir ou continuer à la tête du staff technique des Léopards ? « S’il doit partir, il va falloir trouver un sélectionneur bien plus expérimenté. Sinon, l’idéal serait qu’il continue d’autant plus qu’il y a les éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations ,Cameroun 2019. Et les Léopards ont eu raison en première journée des Diables rouges du Congo Brazzaville par trois buts à un », a indiqué un analyste sportif.

Avant cette rencontre, Florent Ibenge a fait une déclaration très significative à ce sujet. « Ces éliminatoires nous donnent un goût d’inachevé alors qu’on pourrait les terminer avec un nombre des points quand même très intéressant. Il faut que cela soit l’an peut-être du renouveau du football congolais vers la Coupe du monde. Il faut que, tous les quatre ans, le Congo puisse aller à ce tournoi. Donc, il faudra que ça soit le début, on a vu qu’on était tout près alors qu’on a jamais été aussi tout près. Donc, à la prochaine, il faut qu’on y soit. Cela aurait au moins eu le mérite de montrer qu’il y avait la possibilité d’y être. Donc, on ne s’arrête pas là, mais on se donne les moyens pour pouvoir y aller la prochaine fois, avec ou sans Florent Ibenge. Ce n’est pas le plus intéressant. Mais le plus intéressant est qu’on se rende compte qu’on peut y aller et je pense que c’est ce qu’on a suscité. Ce n’est pas encore fini peut-être, on va terminer juste à la porte, au moins maintenant, on ne pourra pas se cacher derrière quoi que ce soit, avec ou sans Florent Ibenge », a-t-il expliqué.

Il y a donc de fortes chances que Florent Ibenge reste sélectionneur des Léopards, lui qui a affiche des statistiques qui plaident en sa faveur, ayant ramené le pays jusqu’au top 50 au classement Fifa alors qu’avant lui, la RDC végétait au-delà du top 100.

Légendes et crédits photo : 

Vue du match entre RDC et Guinée, le 11 novembre, au stade des Martyrs à Kinshasa (photo Internet)

Source : adiac-congo.com

Laisser un commentaire