Menace d’attentat contre l’ambassade des USA à Kinshasa : Léonard She Okitundu confirme le danger

0

Le ministre des Affaires étrangères, Leonard She Okitundu, a déclaré vendredi que la supposée menace contre les installations du gouvernement américain qui a maintenu l’ambassade américaine fermée toute la semaine était bien réelle et sérieuse rapporte l’agence de presse Reuters.

Le ministre des Affaires étrangères a déclaré que l’ambassade des États-Unis à Kinshasa, est fermée depuis le week-end dernier en raison de ce qu’il sait être des « informations crédibles et précises d’une possible menace terroriste », sans toutefois s’expliquer davantage.

Pourtant, en début de semaine passée, Lambert Mende, le porte-parole du gouvernement, avait, de son coté, affirmé que les responsables américains gardaient le gouvernement congolais dans le flou et s’était même demandé s’il ne s’agissait pas d’une « alerte imaginaire ».

Mais ce vendredi lors d’une conférence de presse, Léonard She Okitundu, qui avait entretemps rencontré mercredi la sous-secrétaire d’État américaine, Elizabeth Fitzsimmons, a reconnu que la menace était bien réelle.

« Il est clair que ces menaces sont sérieuses. Les États-Unis et nos services ont des informations sérieuses sur la conformité de la menace », a-t-il déclaré. « Pour le moment, il y a une coordination entre les services de sécurité des Etats-Unis, des pays de la région et ceux du Congo » ; sans fournir plus de détails.

Les autorités américaines sont restées circonspectes en public sur la nature de la menace, mais ont informé les diplomates étrangers de la fermeture de leur ambassade suite à l’arrestation la semaine dernière d’une cellule de djihadistes tanzaniens appartenant à un groupe islamiste ougandais appelé « Forces démocratiques alliées [ADF]. », ont révélé deux diplomates à Reuters.

Les responsables américains estiment que les membres de cette cellule envisageaient de frapper les installations du gouvernement américain à Kinshasa, qui se trouve juste en face du fleuve Congo, à partir d’une de leurs bases situées à Brazzaville, ont indiqué des diplomates.

Toutefois, ces diplomates ne savaient pas où ces arrestations ont eu lieu, ni combien de membres de cette cellule avaient été arrêtés. Et le porte-parole du gouvernement brazzavillois a déclaré qu’il n’avait eu connaissance d’aucune information à ce sujet.

Un tel complot marquerait un changement radical dans le modus operandi des ADF, une milice opérant principalement dans l’Est de la RDC, à près de 2 000 km de Kinshasa, et qui n’a jamais mené d’attaques en dehors de ce territoire ou en Ouganda.

Mais un autre diplomate, également informé de cette prétendue menace des ADF à l’encontre de l’ambassade américaine, a, quant à lui, exprimé son scepticisme face à cette menace en déclarant que cette information aurait été signalée aux autorités américaines par les services de renseignements de l’armée congolaise.

Pendant des années, l’ONU et des experts indépendants ont été incapables de confirmer les allégations des gouvernements ougandais et congolais selon lesquelles les ADF auraient des liens avec le groupe terroriste islamiste somalien Al Shabaab ou d’autres groupes djihadistes somaliens.

Cependant, un récent rapport mené par le Groupe d’Etude sur le Congo (GEC) et la Bridgeway Foundation ont révélé que les ADF avaient reçu ces dernières années de l’argent d’un financier lié à l’Etat islamique, suggérant des liens provisoires avec des djihadistes étrangers, notamment en Tanzanie et dans d’autres pays d’Afrique orientale.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire