Meeting d’Ensemble pour le changement : l’heure est aux derniers réglages

0

Il ne reste plus que deux jours à la plate-forme politique soutenant la candidature de Moïse Katumbi à la prochaine présidentielle de tenir son rendez-vous prévu pour le 9 juin, à la place Sainte-Thérèse à N’djili.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La plate-forme Ensemble pour le changement s’adonne aux derniers préparatifs pour assurer une réussite à son meeting prévu dans deux jours. Dans les différents quartiers généraux des partis et autres regroupements membres, les choses bougent. Pour eux, l’occasion n’est pas à manquer car il s’agit de démontrer ce dont ils sont capables et annoncer ainsi les couleurs. « Ce sera une véritable démonstration de force qui va donner une idée sur les élections présidentielle et législatives attendues au 23 décembre », note l’opinion.

De leur côté, les organisateurs disent s’attendre à un nombre élévé mais rassurent sur la maîtrise de la situation. « Nous ne sommes pas des déliquants, nous fonctionnons dans le respect de la loi et nos militants sauront bien le prouver par leur comportement« , a rindiqué un memble influent de cette plate-forme.

L’autorité urbaine avait pris acte

Répondant à une correspondance du secrétaire général de cette plate-forme politique, Delly Sessanga, qui lui faisait part de cette intention de tenir un meeting le samedi à N’Djili, le gouverneur de la ville de Kinshasa, André Kimbuta Yango, en avait pris acte, assurant que des dispositions seront prises pour l’encadrement de cette manifestation.

Après une réunion tenue fin mai, à l’hôtel de ville, entre l’autorité urbaine et les organisateurs de ce meeting, un modus vivendi ainsi qu’un modus operandi avaient été trouvés. C’est donc au cours de cette réunion qu’il avait été convenu de repousser ce meeting en vue d’éviter qu’il ne coïncide avec le rapatriement du corps de papa Olangi. Toutefois, le gouverneur n’avait pas manqué de « responsabiliser » les organisateurs de cette manifestation quant au respect de la loi en la matière.

 André Kimbuta Yango attend, en effet, des leaders d’Ensemble pour le changement, un encadrement de leurs militants, en vue de ne pas perturber l’ordre public. C’est dans cette optique que l’autorité urbaine les avait, dores et déjà, invités « à veiller, au cours du déroulement de cette activité, au strict respect des dispositions de la loi régissant les manifestations et réunions publiques en RDC ». Dans le cadre de cet encadrement, « le commissaire provincial de la ville de Kinshasa ainsi que le bourgmestre de la commune de N’Djili sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de prendre les dispositions pour assurer le maintien de l’ordre public ».

Légendes et crédits photo : 

L’emblème de Ensemble pour le changement

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire