Médias : la RDC restitue au Congo ses fréquences radio et télé

0

L’opération a eu lieu, le 8 juin à Brazzaville, sous le patronage du ministre de tutelle, Thierry Lézin Moungalla, qui recevait pour la cause un émissaire dépêché par son homologue Lambert Mende Omalanga.

« J’ai l’honneur à ce jour, au nom de la République démocratique du Congo, de vous informer de la libération effective et de la disponibilité des fréquences, conformément à nos accords et aux recommandations y relatives de l’Union internationale des télécommunications », a souligné Lambert Mende Omalanga, dans son courrier officiel transmis par Sébastien Dino Mandéfo, responsable télé Consult-R D Congo.

Au total, vingt fréquences spoliées, en grande partie par des médias privés de la République démocratique du Congo (RDC), ont été libérées et restituées au Congo-Brazzaville. Il s’agit notamment de cinq canaux de fréquences réservées à la ville de Brazzaville ; quatre dévolues au PK 45 et trois prévues pour alimenter la ville de Kinkala.

La RDC a aussi libéré deux canaux de fréquences destinées à la mise en œuvre de la première dividende numérique, bande de 800 Mhz, ainsi que six autres canaux de la deuxième bande numérique de 700 Mhz.

Ces fréquences ont été attribuées au Congo pour ses émissions radio, télé et autres opérations numériques par l’Union internationale des télécommunications.

Réceptionnant le dossier de restitution de ces fréquences, le ministre de la Communication et des médias, porte-parole du gouvernement, a exprimé son satisfecit de voir cette situation être résolue.

« Je voudrais, au nom du gouvernement et des régulateurs qui assurent la problématique de la gestion des fréquences, remercier chaleureusement mon homologue Lambert Mende pour ce geste qui traduit le respect de la parole donnée. Je suis ravi du fait que le rapport qui m’est adressé fait état des fréquences libérées et rendues disponibles au Congo. Cela correspond aux engagements que nous avons souscrits. Cela fait une génération que ce problème se pose entre les deux gouvernements », s’est réjoui Thierry Lézin Moungalla.

Aussitôt reçu, le ministre de la Communication a transmis le dossier à qui de droit. D’abord au représentant de l’Agence de régulation des postes et communications électroniques, principal attributaire des fréquences, Jean Célestin Endoké, ensuite à Théophile Miettet Likibi, secrétaire administratif du Conseil supérieur de la liberté de communication, le régulateur des médias, qui assure aussi la gestion de ces fréquences.

« Les fréquences sont désormais disponibles, même numériques, pour ceux qui veulent investir dans la TNT. Le Conseil supérieur de la liberté de communication ne manquera pas d’en faire bon usage, au regard de nombreuses demandes qu’il enregistre », a indiqué Théophile Miettet-Likibi.

« La libéralisation des fréquences qui étaient jadis occupées par la RDC est quelque chose de très important pour le Congo, parce qu’elles vont être utilisées même par les opérateurs de téléphonie mobile. La disponibilité de ces fréquences leur permettra de passer de la G4 pour certains, à la G5 », s’est réjoui, pour sa part, Jean Célestin Endoké.

Légendes et crédits photo : 

Thierry Moungalla (à droite) recevant le dossier de restitution des fréquences/Photo Adiac

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire