Me Papy Labila : « Tous ceux qui ne veulent pas de la machine, ne veulent pas d’élections ! »

0

Membre du PPRD et candidat aux législatives 2018 à la circonscription de la Lukunga, Maître Papy Labila n’a pas manqué de livrer l’économie de ses idées sur les sujets phares qui défrayent la chronique au Congo-Kinshasa. Machine à voter, passage de la délégation du Conseil de sécurité et perspectives électorales.

Voilà des matières pour lesquelles l’homme a émis ses avis. Abordant la problématique de la machine à voter qui suscite mille et une passions au sein de l’Opposition radicale, Me Papy Labila  lâche : « Tous ceux qui ne veulent pas de la machine, ne veulent pas d’élections en vue. »

Et d’ajouter dans cette ligne : « L’Opposition politique congolaise a peur d’affronter les 3èmes consultations populaires car, elle n’avait basé toute sa stratégie politique que sur une prétendue volonté de Joseph Kabila de vouloir briguer un 3ème mandat. Chose qui n’était qu’un vaste procès d’intention car, Joseph Kabila a toujours tenu parole, il promettait en 2002 de normaliser la vie politique, aujourd’hui chose faite. »

Il bat en brèche les opinions selon lesquelles la MP/FCC s’apprête à tricher via l’usage de la machine à voter qu’il appelle simplement imprimante à bulletin en rappelant qu’en 2006 et 2011 il y a eu victoire sans cet équipement. « Nous avons gagné non pas grâce à un procédé de vote mais plutôt grâce à notre projet de société et à la confiance que ne cesse de manifester le peuple Congolais à notre Leader, Joseph Kabila Kabange », dit-il.

Le PPRD en position d’attaque

Maître Papy Labila rassure l’opinion que le PPRD dont il est membre et par ricochet la Majorité présidentielle comme le Front commun pour le Congo est d’attaque pour affronter les urnes ce 23 décembre 2018.

« Pour ce qui est du PPRD, dirigé de mains de maître par le secrétaire permanent Emmanuel Ramazani Shadary (candidat de la famille politique à la présidentielle) de la Majorité Présidentielle pilotée par l’honorable président Aubin Minaku Ndjalandjoko et du Front commun du Congo du Père de la Démocratie, Joseph Kabila Kabange, nous nous préparons à aller aux élections du 23 Décembre au format que proposera l’organe technique, la Ceni », a-t-il lancé.

Pas de TSK, pas de dialogues

Face aux idées d’une Transition Sans Kabila lancées par des opposants et certains acteurs de la société civile, Maître Papy Labila crie halte. « Une transition sans Kabila est une remise en cause de l’ordre constitutionnel établit par le referendum populaire de 2005 ; une transition sans Kabila est un putsch contre la démocratie ; une transition sans Kabila est lourde de conséquences », alerte-t-il.

« Nous comprenons donc ensemble avec le peuple congolais que nous avons une opposition qui ne croit ni en la démocratie, ni en l’Etat de droit encore moins à la constitution qui dispose à son « art 71, le Président de la République reste en fonction jusqu’à l’élection de son successeur ».

Notre opposition s’est donc, par soif de sang et du pouvoir par les conciliabules, évertuée à envoyer nos frères et sœurs dans les rues pour bafouer impunément la volonté unanime du peuple qu’est la consolidation de la démocratie. Nous disons donc en conclusion qu’une transition sans Kabila est une fiction d’un « groupuscule d’ennemis de la démocratisation et elle ne se fera pas », conclut Papy Labila.

A ses yeux, enfin, Ramazani Shadary c’est la continuité idéologique de Joseph Kabila, la continuité du projet de société qui a fait ses preuves dans différents domaines de la vie publique, infrastructures, éducation, économie… « certes mais dans la rectification car, tout n’a pas été rose ».

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire