Marché de l’Agoa : le pont commercial entre le Congo et les Etats-Unis se met en place

0

Un groupe interministériel vient d’effectuer une mission en terre américaine pour étudier les opportunités du marché de ce pays. Les résultats de la mission, présentés le 7 décembre à Brazzaville, sont alléchants pour les entreprises congolaises qui peuvent aller à la conquête de ce grand marché.  

Trois filières locales sont concernées par la bonne nouvelle du marché américain, à savoir l’industrie du bois, l’artisanat et le secteur agricole. En témoigne le groupe interministériel composé des représentants des ministères du Commerce et de l’Economie forestière, y compris de la direction générale de l’Agence nationale de l’artisanat.  

En effet, l’objectif de la mission du groupe interministériel était d’examiner les principes clés de l’Agoa ( la loi américaine sur la croissance et les opportunités économiques en Afrique)  et des avantages douaniers ; d’évaluer les facteurs économiques, politiques et sociaux bénéfiques aux PME américaines ; d’explorer le potentiel d’exportation des produits agricoles et d’artisanat congolais et d’évaluer les meilleures pratiques en matière d’infrastructures et de procédures.

Le marché américain est très exigeant et compétitif, ont averti les membres du groupe interministériel qui invitent à plus de préparation. Les PME américaines doivent leur succès aux différentes structures étatiques en charge d’orientation et de conseil. La directrice de la promotion du secteur privé, Marie Bolemas Kenguepoko, a fait partie de la délégation qui a séjourné du 5 au 13 novembre aux Etats-Unis. Elle se dit séduite par le modèle américain et insiste sur la promotion des femmes.  

L’Agoa représente une opportunité majeure pour avancer les relations bilatérales entre la République du Congo et son pays, a souligné le chargé d’Affaires de l’ambassade des Etats-Unis, Matthew Cassetta. « C’est avec une grande satisfaction que j’affirme la mise en place du pont commercial entre les Etats-Unis et le Congo. Le groupe interministériel de l’Agoa a déjà animé plusieurs ateliers sur des thèmes bien divers que variés, tous d’une importance capitale », a-t- il estimé.

Dans ce contexte de l’ouverture de marché, la partie américaine s’est montrée disponible à orienter les producteurs congolais. D’où le séjour à Brazzaville et Pointe-Noire, en mars dernier, d’un expert de l’agence américaine Usaid pour sensibiliser les entreprises locales. C’est le cas du groupement d’intérêt économique La chaîne de valeurs Moringa. Sa promotrice, Marguerite Homb, veut vendre son huile alimentaire et cosmétique aux Etats-Unis mais ses moyens sont limités pour exporter en grande quantité.

La situation de Marguerite Homb est loin d’être un cas isolé, puisque beaucoup de producteurs congolais qui souhaitent exploiter les opportunités du marché de l’Agoa éprouvent les mêmes difficultés. Ils se tournent du côté du gouvernement pour les facilités de transport, le renforcement des capacités et d’autres accompagnements, en partenariat avec l’ambassade des Etats-Unis au Congo.

Légendes et crédits photo : 

– Matthew Cassetta posant avec des cadres et producteurs congolais
– Les membres du groupe interministériel

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire