Mali : six morts dans un attentat suicide contre le QG de la force du G5 Sahel

0

Il s’agit de la première attaque contre ce quartier général de la force conjointe du G5 Sahel. Le quartier général de la force antijihadiste du G5 Sahel à Sévaré, dans le centre du Mali, a été frappé, vendredi 28 juin, par un attentat suicide à la voiture piégée qui a fait au moins six morts et de nombreux blessés.

Explosion, fusillade..: une attaque terroriste a été lancée contre les forces chargées de la lutte contre les groupes armés terroristes sahéliens (GAT), vendredi après-midi, à Sévaré, près de Mopti au Mali. 

LA ville est un centre vital pour la lutte antiterroriste. Des éléments des forces maliennes, françaises, onusiennes (le camp de la Minusma est à 3 km du QG) et celles du G5 Sahel y stationnent. L’aérodrome sert aussi pour le stationnement des hélicoptères maliens et onusiens.

Sévaré est un centre vital pour la lutte antiterroriste. (© Visactu)

l’attentat visé le quartier général de la force régionale du G5 Sahel, selon des sources locales et de la mission de la paix de l’ONU. Mais un camp militaire malien qui jouxte ce QG est aussi le théâtre de combats. Selon le ministère malien de la Défense, une attaque à la roquette a visé le QG de la force du G5 Sahel, puis il y a eu une tentative d’infiltration par des assaillants non identifiés.

« Peu après la prière de ce vendredi, au moins un kamikaze à bord d’un véhicule peint aux couleurs des Nations unies s’est fait exploser à l’entrée du camp militaire du G5 à Sévaré. La déflagration a été très forte », a déclaré à une source militaire au sein de la force du G5. « Une partie des bâtiments du G5 s’est écroulée. On ne sait pas si dans le bâtiment, il y a des gens », a ajouté cette source.

Pression antiterroriste

Cette attaque intervient alors que la France et ses alliés intensifient leur pression sur la GAT. Actuellement, trois opérations sont menées en BSS.

La force Barkhane poursuit ainsi son effort aux côtés des forces armées maliennes dans le secteur d’Ansongo-Ménaka (sud-est du Mali).

En parallèle, Barkhane a débuté des opérations au Niger aux côtés des forces armées locales. Le Groupement Tactique Désert-B y est engagé à hauteur de deux escadrons dans le secteur de Ouallam. Environs 300 militaires français opèrent aux côtés d’une compagnie et de deux sections nigériennes, menant des opérations de contrôle de zone et de reconnaissances au sud de la frontière malo-nigérienne.

Dans le même temps, dans le Gourma (au sud de Tombouctou), Barkhane appuie les forces armées maliennes dans une vaste opération de lutte contre les groupes armés terroristes baptisée Bani Fonda. Comme je l’ai écrit hier, le 22 juin, un groupe d’une vingtaine de terroristes a engagé un détachement formé par une section commando malienne opérant au côté d’un détachement de Barkhane. Le détachement conjoint a immédiatement riposté tout en demandant l’appui d’hélicoptères (un Tigre a tiré) et de chasseurs de Barkhane. 15 assaillants ont été tués ou capturés.

Le G5 Sahel est une organisation régionale regroupant le Mali, le Burkina Faso, le Niger, la Mauritanie et le Tchad, lancée en 2017 pour lutter contre les jihadistes. Cette attaque intervient à trois jours d’une rencontre à Nouakchott, en marge du sommet de l’Union africaine dans la capitale mauritanienne, entre le président français Emmanuel Macron et ses homologues du G5 Sahel.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire