Madagascar : Rajoelina veut faire de son pays un pilote du développement en Afrique

0

En retrouvant le fauteuil présidentiel, Andry Rajoelina promet de faire de Madagascar un pilote du développement en Afrique. Mais, pas si facile.

Andry Rajoelina a été confirmé vainqueur du deuxième tour de la présidentielle malgache du 19 décembre dernier. Selon la Haute cour constitutionnelle (HCC), le leader de 44 ans a obtenu 55,66 % des suffrages contre 44,34 % des voix pour son challenger Marc Ravalomanana. Dans son premier discours, l‘élu a remercié les électeurs les membres de la HCC et son challenger qui l’a félicité en toute sportivité après le verdict.

L’ancien disc-jockey et maire de la capitale Antananarivo va devoir remplir de nouveau les fonctions de chef de l‘État de son pays. Un fauteuil présidentiel qu’il a quitté en 2014 après un règne de 5 ans (2009 et 2014).

Mais si le Palais présidentiel d’Iavoloha à 15 kilomètres d’Antananarivo a peut-être eu droit à des retouches à son absence, Andry Rajoelina retrouve Madagascar presque tel qu’il l’avait laissé. Et surtout la pauvreté chronique dont le taux est estimé à plus de 76 %. À en croire Rajoelina, c‘était donc une impérieuse nécessité pour lui de revenir au pouvoir.

« Un jour, ma femme m’a demandé pourquoi je continuai la politique. Je lui ai répondu : “La soufrance et la paupérisation de Madagascar me sont insupportables”. Il m‘était impossible de rester indifférent et sourd à l’appel du peuple », a déclaré le nouveau président de Madagascar. « Maintenant, mettons-nous au travail pour développer notre pays ! Madagascar doit devenir un pays pilote du développement sur le continent africain », a-t-il ajouté.

Si cette réalité tranche avec d’inestimables potentialités (cobalt, le graphite, l’uranium, l’ilménite, l’or, le nickel, le saphir rose, etc.), c’est en grande partie, estiment les spécialistes, à des pratiques comme la fraude, la corruption et la gabegie. Des pratiques qui ont été également décriées lors du règne de Rajoelina.

Dès lors TGV, comme l’appellent ses partisans, gouvernera-t-il autrement qu’entre 2009 et 2014 et partant réconcilier les Malgaches avec les urnes (seulement 54% de taux de participation) ? Wait and see.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire