Machine à voter: Pour Alain Daniel Shekomba et Seth Kikuni, le QR Code est le véritable outil de fraude de cette machine

0

Après avoir fait la démonstration sur les mystères, mieux les pièges de la Machine à voter (MAV), le candidat à l’élection présidentielle du 23 décembre, Alain Daniel Shekomba et Seth Kikuni, estiment que le QR code, un cinquième élément ajouté sur le bulletin de vote par la Commission électorale nationale indépendante ( CENI), est le véritable outil d’« une tricherie programmée » et que; par ailleurs, cet outil viole la loi électorale. 

Après avoir décortiqué les pièges cachés dans la MAV, Alain Daniel Shekomba avec la possibilité de transmettre les données qui, du reste, seraient donc perméables à la tricherie et qu’« il y a bel et bien tentative de fraude », le candidat à l’élection présidentielle a déclaré vendredi 9 novembre à Kinshasa, lors d’un point de presse, que, selon lui, la loi prévoit que le bulletin de vote contienne uniquement le numéro, les noms, la photo du candidat et le logo du parti ou regroupement politique du Candidat. Il demande donc à la CENI d’expliquer l’importance de ce QR Code.

Il fait remarquer que le QR code est un code-barre à deux dimensions qui permet d’encoder des données, de comptabiliser les votes. Il s’agit généralement d’un lien vers une page Internet, explique M. shekomba. En scannant le QR code avec un téléphone intelligent, par exemple, il est possible, d’accéder rapidement à une page internet. D’autres actions sont également possibles comme enregistrer les informations d’une carte de visite directement dans sa liste de contacts ou encore ajouter un évènement dans son agenda, explique Alain Daniel Shekomba.

La CENI dénonce une confusion

La cellule Communication de la Ceni a réagi en indiquant que « le QR code des bulletins de la Ceni n’est pas utilisé pour le dépouillement », que « le dépouillement des bulletins imprimés par la MAV (NDLR: machine à voter) se fait manuellement, pas besoin d’un quelconque lecteur », et que « le QR code sur les bulletins vierges de la MAV sert à personnaliser les bulletins par circonscription ».

L’équipe de M. Sekomba a réagi à son tour, demandant pourquoi la Ceni a prévu ce QR Code, qui ne peut se lire qu’avec une application spéciale de smartphone et demeure donc invisible pour l’électeur. Et si elle devait servir à distinguer les circonscriptions et les bureaux de vote, pourquoi elle comporte des informations sur les candidats – ce qui permet de l’utiliser pour un usage frauduleux, comme le montrait la vidéo de M. Shekomba avec la QR de simulation conçut par le candidat Seth Kikuni.

Du côté de la CENI, l’on affirme qu’Alain-Daniel Shekomba confond le QR code au code qui sécurise le bulletin de vote. 

« M. Shekomba confond ce qui est mis comme sécurité du papier à utiliser. Les éléments relevant de la loi sont respectés », argumente Jean-Pierre Kalamba, rapporteur de la CENI.

Mais pour le candidat Seth Kikuni, le véritable auteur de la simulation du QR code utilisé par Alain-Daniel Shekomba pour sa démonstration, « La CENI a démenti rapidement parce qu’elle veut étouffer l’affaire. Elle n’autorise pas la sortie des papiers imprimés pour contrôle et vérification à cause de ces codes QR. Nous lui avons encore lancé un défi hier. La tricherie est programmée. Ce n’est plus un doute » a-t-il indiqué sur son compte twitter. 

https://platform.twitter.com/widgets.js

Alain Daniel Shekomba rappelle aussi que les experts britanniques ont également recommandé à la CENI d’élaguer le QR code du processus électoral.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire