Lutte contre les conflits homme-faune : la Banque mondiale octroie 5 milliards de FCFA pour protéger les éléphants en Afrique

0

Dans le but de protéger les éléphants de forêt et surtout atténuer les conflits homme-faune qui sont récurrents dans les zones forestières africaines, la Banque mondiale a annoncé, le 4 avril au parc de Lopé, situé à Libreville au Gabon, sa décision de financer à hauteur de 5 milliards de FCFA) tous les projets incluant la protection des éléphants.

En effet, cette annonce a été faite le 3 avril, notamment lors de la cérémonie d’ouverture du sommet axé sur la promotion des politiques pouvant encourager la coexistence entre les hommes et les espèces sauvages.

Organisée par le programme mondial pour la vie sauvage (Global wildlife program), cette rencontre qui prendra fin le 7 avril, réunit environ soixante experts, œuvrant dans le domaine de la faune et de la protection des espèces fauniques.

Au cours de cette réunion, les participants exploreront aussi les stratégies ainsi que les innovations visant à réduire les conflits humains-espèces sauvages.

« Cette problématique complexe menace sérieusement la survie de nombreuses espèces en danger, ainsi que la sécurité et la durabilité des moyens de subsistance des communautés en Afrique et en Asie », a reconnu l’un des représentants de la Banque mondiale avant de spécifier que ce financement a pour objectif de réduire le braconnage, le trafic illégal d’espèces sauvages et la demande de produits dérivés d’espèces sauvages. Il permettra aussi la mise en œuvre de stratégies et de solutions soutenant une gestion intégrée des paysages et l’atténuation des conflits.

Signifiant l’intérêt de cette politique, la Banque mondiale a souligné que ces mesures sont primordiales pour l’avenir des éléphants des forêts d’Afrique centrale et pour dynamiser l’économie rurale du Gabon.

Cependant, pour la responsable dudit programme, Claudia Sobrevila, il ne pouvait y avoir de meilleure idée que celle d’organiser cette conférence importante car ces forêts, qui occupent une grande superficie, sont les derniers refuges des éléphants de forêt. « Ces espèces qui disparaissent au rythme alarmant d’environ 9% par an à cause du braconnage. Face aux menaces constantes des braconniers, les éléphants migrent et entrent en conflit avec les communautés villageoises. Nous espérons que cette conférence fournira à tous les acteurs de nouveaux outils et de bonnes pratiques à appliquer immédiatement à leur programme. », a-t-elle signifié.

 

 

Source : adiac-congo.com

Laisser un commentaire