L’Ouganda interdit les rassemblements publics et rapatrie les suspects d’Ebola en RDC

0

Les autorités en Ouganda ont interdit jeudi les rassemblements publics dans le district de Kasese (ouest), où deux personnes sont mortes du virus Ebola.

Les proches des deux personnes décédées des suites du virus Ebola ont également été rapatriés d’Ouganda en République démocratique du Congo, où ils recevront un traitement expérimental et thérapeutique.

« Des installations de lavage des mains ont été mises en place, avec du matériel de lavage comme JIK [eau de javel] et du savon ». Le journaliste local Ronald Kule a déclaré à Reuters que les gens ne se serrent pas la main.

Il s’agit du premier cas confirmé en Ouganda au cours de l’épidémie d’Ebola en République démocratique du Congo voisine.

Alors que le rapatriement signifie qu’il n’y a pas de cas confirmé d’Ebola en Ouganda à la date de jeudi, trois autres cas suspects d’Ebola non liés à la famille restent isolés, a déclaré le ministère de la Santé.

« L’Ouganda reste en mode de réponse au virus Ebola pour suivre les 27 contacts [de la famille] », lit-on dans une déclaration du ministère de la Santé ougandais.

Dans le même temps, les équipes de la Croix-Rouge se sont lancées dans une campagne de sensibilisation au virus Ebola en Ouganda. RDC zone frontalière à la suite de cas confirmés de la maladie.

Gérer une frontière poreuse

La ministre ougandaise de la Santé, Jane Ruth Aceng, a déclaré que des difficultés subsistaient aux « points d’entrée non officiels » entre le Congo et l’Ouganda, qui partagent une frontière poreuse de 875 kilomètres (545 milles).

Ces passages frontaliers non autorisés, appelés « panyas » dans la langue locale, sont souvent de simples planches posées sur un point du fleuve, ou à travers des forêts et des montagnes sans surveillance.

La famille qui avait été rapatriée jeudi avait quitté le Congo pour se rendre en Ouganda plus tôt cette semaine et avait recherché un traitement lorsqu’un garçon de 5 ans était tombé malade. Il est décédé d’Ebola mardi. Sa grand-mère de 50 ans, qui les accompagnait, est morte de la maladie mercredi, a annoncé le ministère.

Une réunion d’urgence prévue pour le 14 juin 

L’Organisation mondiale de la santé a annoncé qu’un comité d’urgence se réunirait vendredi pour déterminer s’il fallait améliorer son évaluation de la situation pour la transformer en « une urgence de santé publique de portée internationale ».

QUI, en octobre et à nouveau en avril, a tenu à déclarer qu’en RDC l’épidémie est une urgence d’intérêt international, car l’épidémie a été circonscrite à une partie de RDC.

Pour que le comité puisse émettre un appel d’urgence, il doit déterminer que l’épidémie « a des conséquences pour la santé publique au-delà des frontières nationales de l’État touché et peut nécessiter une action internationale immédiate ».

Si une telle déclaration est faite vendredi, cela représentera un changement majeur dans la mobilisation contre la maladie.

Les experts inquiets 

L’épidémie actuelle d’Ebola a débuté en août dernier dans l’Est du Congo et a déjà infecté au moins 2 062 personnes, dont 1 390 ont été tuées.

« Cette épidémie est dans une phase véritablement effrayante et ne montre aucun signe d’arrêt immédiat », a déclaré Jeremy Farrar, spécialiste des maladies infectieuses et directeur de l’association caritative de santé mondiale Wellcome Trust, qui lutte contre le virus Ebola.

« Nous pouvons nous attendre et devrions planifier plus de cas dans la RDC et les pays voisins », a-t-il déclaré, ajoutant : « À l’exception de l’épidémie d’Afrique de l’Ouest de 2013-2016, il y a maintenant plus de décès que toute autre épidémie d’Ebola, et il ne fait aucun doute que la situation pourrait dégénérer en de terribles niveaux ».

La Croix-Rouge a annoncé qu’elle intensifiait ses efforts pour contenir la propagation du virus depuis sa découverte en Ouganda.

« C’est un développement préoccupant, mais nous préparons cette journée depuis des mois », a déclaré Robert Kwesiga, secrétaire général de la Croix-Rouge ougandaise, dans un communiqué rendu public mercredi.

Les experts ont noté que l’Ouganda, qui était très vigilant face à une éventuelle propagation du virus Ebola et avait déjà vacciné de nombreux agents de santé de première ligne, est relativement bien préparé et devrait pouvoir limiter la propagation du virus.

« Les cas actuels en Ouganda seront rapidement contenus, mais l’échec de l’arrêt de l’épidémie actuelle d’Ebola RDC est tout simplement tragique », a déclaré Ian Jones, professeur de virologie à l’Université britannique de Reading.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire