L’Opposition marche demain sans l’UDPS !

0

L’Opposition confirme sa marche demain vendredi à Kinshasa pour dénoncer la machine à voter et exiger son retrait pur et simple. La manifestation pacifique autorisée par le gouverneur de la ville de Kinshasa. Les organisateurs sont la plateforme  » Ensemble pour le changement  » de Moïse Katumbi Chapwe, le MLC de Jean-Pierre Bemba Gombo, l’UNC de Vital Kamerhe, ECIDE de Martin Fayulu, l’URép d’Adolphe Muzito et « KONGO NA BISO » de Matungulu Mbuyamu.

L’UDPS de Félix Tshisekedi n’est pas de la partie du fait que la  » 10ème Rue accepte désormais d’aller aux élections du 23 décembre avec la machine à voter. Ce qui fait un hiatus avec tous les autres membres de l’Opposition qui sont prêts à aller aux élections mais sans la machine à voter et sans les 10 millions d’électeurs fictifs contenus dans le fichier électoral comme montré par l’audit de l’OIF. C’est cela que leurs partisans vont exiger demain en battant le pavé par une démonstration de forces, sociologiquement.

L’Opposition espère mobiliser des centaines de milliers de ses partisans dans la rue pour faire entendre leur cause. Tous sont unis pour les élections sans machine à voter sans le fichier électoral dit corrompu. Ils sont certains de réussir le pari sans l’UDPS.

Dans cette démarche, l’Opposition a le soutien de plusieurs organisations de la Société civile comme le CLC « Comité laïc de coordination » de l’Eglise catholique qui venait tout juste de lancer sa propre campagne contre la machine à voter en sensibilisant la population aux conséquences d’une élection avec la machine à voter et aussi le fichier électoral avec ses 10 millions d’électeurs fictifs.

Le CLC l’a produit dans un vade-mecum où il pose dix questions pour dire NON à la machine à voter. Il n’est pas exclu que certains combattants de l’UDPS prennent part à cette marche de l’Opposition contre la machine à voter par principe. Dès lors qu’ils n’auraient pas oublié que leur Président national, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo (Fatshi) était le tout premier acteur politique à dire NON à la machine à voter qu’il avait qualifié de « machine à tricher » lors de son meeting populaire à la Place St-Thérèse à Kinshasa/N’Djili.

Ces militants de l’UDPS seraient légitimement fondés pour savoir à quel moment la même « machine à tricher » de Fatshi a cessé d’être la « machine à tricher » pour devenir une machine à voter pour les élections transparentes, démocratiques et crédibles. Ce n’est pas la première fois que l’UDPS refuse de prendre part à une marche pacifique à l’appel de l’Opposition.

C’est ce qui est arrivé lors de la marche de janvier 2015 dans la ville de Kinshasa organisée par la « Dynamique pour l’unité de l’Opposition » à l’époque constituée entre autres de l’UNC de Vital Kamerhe, du MLC de Jean-Pierre Bemba Gombo et de l’ECIDE de Martin Fayulu. C’était pour exiger le retrait dans la loi électorale de la disposition qui conditionnait toute élection au recensement de la population.

Cette marche, au cours de laquelle les manifestants s’étaient même approché du Palais du Peuple, siège du Parlement congolais était un succès total. En effet, la MP avait fait marche-arrière et demandé à sa majorité à l’Assemblée nationale de retirer cette disposition contestée, conditionnant l’élection au recensement. Cette marche de l’Opposition était vitale pour la suite du processus électoral. Or l’UDPS l’avait boycottée.

Plusieurs mois plus tard, les explications qui étaient données au parti étaient que c’était Me Bruno Mavungu, secrétaire général à l’époque des faits, qui était manipulé par la MP pour obtenir que la 10ème Rue ne prenne pas part à la marche contre la loi électorale. C’est du reste à cause du succès de cette marche de janvier 2015 que les partis politiques de la « Dynamique pour l’unité de l’Opposition » comme l’UNC de Vital Kamerhe ont pris un certain ascendant sur l’UDPS, le parti historique qui doit être à l’avant-garde pour montrer la voie à suivre quelles qu’en soient les circonstances. Nul doute que pour la marche pacifique de demain, en cas de succès par une grande mobilisation sans l’UDPS, les partis politiques organisateurs auront des galons de plus et en tireront profit par rapport aux électeurs.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire